Ubisoft Presents Fantasia 2008

Adobe's Flash plug-in is required to view the photos on this page.
A free download is available here.

Adrift In Tokyo

(Tenten)

Première canadienne

WINNER : Best Script, Satoshi Miki, Fantasia Film Festival
SPECIAL JURY MENTION : Jô Odagiri and Tomokazu Miura (for their acting), Fantasia Film Festival

À l'affiche

billets

Admission Ticket Network



“Flawlessly written and shot by a man who seems to have figured out exactly what sort of film maker he is and where his strengths lie, ADRIFT IN TOKYO makes it very clear that Miki Satoshi is no longer simply that goofy TV director mucking about on the big screen but that he has become one of the strongest voices in Japanese film. Yes, it’s really that good.” - TWITCH

Équipe de production

Réalisation: Satoshi Miki
Scénario: Satoshi Miki, from Yoshinaga Fujita
Interprètes: Jô Odagiri, Tomokazu Miura, Kyoko Koizumi, Yuriko Yoshitaka, Ryo Iwamatsu
Production: Akihiko Yose, Nobuaki Shimohashi, Hideo Tsujihata, Kyoichi Miyazaki, Tetsu Takase
Distribution: Style Jam

Description

Takemura n’a ni famille ni amis. Il étudie mais ne semble pas nourrir de grandes ambitions. Bref, il ne va nulle part. Comme si ce n’était pas assé, le pauvre bougre doit plus de 800 000 yen. Fukahara, un collecteur de dettes peu commode arborant une glorieuse coupe Longueuil, se pointe chez lui. Après lui avoir fait goûter ses chaussettes, il lui donne un ultimatum de 72 heures pour rembourser l’argent. Takemura a à peine le temps de dissiper le goût de pied dans sa bouche qu’il recroise son tortionnaire qui lui propose un marché : l’accompagner pour une marche à travers Tokyo en échange d’un million de yen. Partant d’un quartier reclu, les deux hommes entreprennent leur périple vers le centre-ville et entament le dialogue. C’est ainsi que Fukuhara avoue qu’il vient de tuer sa femme et qu’il compte se livrer à la station de police de Kasumigaseki… parce qu’il considère que c’est la meilleure en ville. Mais leur itinéraire n’est pas très proactif et le duo dépareillé flâne çà et là rencontrant au passage une gallerie de personnages excentriques inhérents aux différents habitats de la jungle urbaine. Au fil des discussions et des confidences, la complicité entre Takemura et Fukuhara se transforme en amitié.

Feelgood movie humaniste et épicurien (la bouffe y est omniprésente), ADRIFT IN TOKYO pourrait bien être la surprise de l’années à Fantasia. Drôle, touchant et surtout diablement intelligent, ce road trip pédestre nous fait découvrir un autre visage de Tokyo, comme si on visitait la ville avec quelqu’un de l’endroit, et la superbe direction photo de Souhei Tanigawa sait tirer profit des paysages urbains peux exploités de la capitale nipponne. Pour son cinquième et meilleur film, Satoshi Miki opte pour la sobriété et laisse toute la place à ses acteurs Jô Odagiri (SHINOBI) et Miura Tomokazu (ALWAYS: SUNSET ON THIRD STREET 1 et 2), qui livrent ici des performances d’une justesse remarquable. Son sénario simple mais bourré de dialogues jouissifs pose un regard pertinent sur l’aliénation urbaine, sans le moindre cynisme, et souligne le choc entre tradition et modernisme. Après avoir vu BAD BIOLOGY et TOKYO GORE POLICE, ADRIFT IN TOKYO pourrait être le remède idéal pour rétablir votre santé mentale…

—Nicolas Archambault