Propulsé par Divertissement

English

Au bar Reggie’s sur la mezzanine du Théâtre Hall Concordia, près de la billetterie du festival (1455, boul. de Maisonneuve Ouest)

  • A Desrochers N Petrowski

    Vendredi 5 août, 2011 à 17h

    Classe de maître : la scénarisation du film GERRY

    Une dicussion sur le processus d’écriture du film biographique GERRY


    Alain DesRochers et Nathalie Petrowski

    Alain DesRochers réalise d’abord trois courts métrages remarqués, puis il assume également la réalisation de deux épisodes de la série THE HUNGER et réalise son premier long métrage, LA BOUTEILLE, pour lequel il sera en nomination pour la meilleure réalisation au Gala des prix Génie 2000. Alain est le réalisateur de la série MUSIC HALL I et II. Il était responsable du succès de la première saison de la populaire série LES BOUGON : C’EST AUSSI ÇA LA VIE ainsi que de certains épisodes de CHARLIE JADE et NOS ÉTÉS. À l’été 2007, son long métrage NITRO connaît un succès remarquable au box-office. Puis, il poursuit avec la comédie CABOTINS, la série MUSÉE EDEN et plus récemment le long métrage GERRY.

    Nathalie Petrowski est bien connue du public et des cinéphiles québécois. Elle est journaliste, critique, chroniqueuse, auteure et scénariste. En 1991, elle coécrit le court LE COMPLEXE D’ÉDITH réalisé par Paule Baillargeon. En 1993, elle scénarise certains épisodes de la série télévisée ZAP. En 2005, elle signe l’adaptation à l’écran de son propre roman, MAMAN LAST CALL, et le scénario du film MISS MÉTÉO. Cette année, elle signe le scénario du grand succès québécois GERRY.

    Présenté par la SARTEC et l’ ARRQ en collaboration avec Téléfilm Canada

  • R Legault

    Dimance 7 août, 2011 à 11h30

    L'union des artistes (UDA) : mode d'emploie


    Une discussion informative sur l’UDA et tout ce qu’un réalisateur ou producteur doit savoir avant de réaliser son premier film selon les règles de l’union.


    Raymond Legault, président

    À chaque tournage éventuel, les jeunes réalisateurs de courts doivent se demander si leur film sera réalisé selon les règles de l’UDA. Quelles sont ces règles? Quels pourraient être les impacts sur un tournage si certains acteurs sont membres de l’UDA? Qu’est-ce qu’un paiement différé et quelles en sont les conditions. Voilà certains des sujets qui seront abordés lors d’une discussion avec Raymond Legault, président de l’UDA. L’Union des artistes (UDA) est un syndicat professionnel représentant les artistes qui travaillent en français au Québec et au Canada. L’UDA représente aussi tous les artistes œuvrant dans une autre langue que le français, sauf l’anglais. L’UDA regroupe quelque 11 000 artistes membres, dont environ 7 000 membres actifs et 4 000 membres stagiaires. Ceux-ci sont regroupés au sein de quatre catégories, soit les acteurs, les chanteurs, les animateurs et les danseurs. La mission de l’UDA : défendre les intérêts sociaux, économiques et moraux de ses membres, qui sont pour la plupart des travailleurs autonomes. Au cœur de ses activités : négocier des conditions minimales de travail et de rémunération des artistes dans les secteurs de sa compétence et assurer le respect des ententes collectives.

    Présenté par l’UDA avec Téléfilm Canada

  • M Deveraux S Leonard C Labreche P Spurrell P Chica

    Dimanche 7 août, 2011 à 17h

    Réaliser un long métrage indépendant au Québec


    Deux réalisateurs et un duo créatif se remémorent et discutent ouvertement du financement et du tournage de leur film indépendant.


    Maurice Deveraux, Caroline Labrèche et Steeve Léonard, Philippe Spurrell et Patricia Chica

    Maurice Deveraux réalise dès 1994 son premier film autofinancé BLOOD SYMBOL (1994). Il enchaîne rapidement LADY OF THE LAKE (1998) et $LA$HER$ (2001) qui sont notamment distribué aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en France et en Angleterre. Son dernier long métrage, END OF THE LINE (2006), sélection officielle du Festival international du film de Toronto, s’est mérité des prix au festival écossais Dead by Dawn, à Fantasia 2007 et a joué dans de nombreux festivals prestigieux aux quatre coins du monde. Le Duo créatif formé de Caroline Labrèche et Steeve Léonard a signé de nombreux courts métrages sous le nom du collectif Dead Cat Fims avant de s’attaquer au tournage de leur premier long métrage, SANS DESSEIN (2009). Deux ans de tournage et quelques milliers de dollars plus tard, le film est acheté, distribué par TVA FILMS et distribué depuis peu en DVD à travers le Québec. Ils sont en écriture d’un deuxième long métrage. Inspiré par des événements tragiques, mais méconnus de l’histoire nébuleuse de notre belle province, THE DESCENDANT, premier long métrage du cinéaste montréalais Phillippe Spurrell, est un thriller surnaturel. Le film a été présenté en première mondiale à Fantasia 2006. Il est actuellement en préparation d’un nouveau film, THE BEAT, SURRENDER! Lauréate d’une vingtaine de prix internationaux, Patricia Chica est une réalisatrice trilingue et se spécialise en productions qui présentent de hauts standards de qualité. Elle est devenue membre de l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec dès le début de sa carrière : « à 21 ans, je sortais du programme en cinéma de l’Université Concordia et je savais que je réaliserais mes films. J’ai demandé à une réalisatrice de me parrainer pour devenir membre de l’association professionnelle dès le départ. Pour moi, la réalisation est avant tout un mode de vie. » Patricia vient de terminer le tournage de la série documentaire Chasseurs d’épices (ARTV) et prépare un documentaire sur le Salvador, son pays d’origine. Patricia a notamment réalisée le documentaire ROCKABILLY 514

    Présenté par l’ARRQ en collaboration avec Téléfilm Canada

2010 Sponsors