Propulsé par Divertissement

English

Battlefield Heroes

(Pyeongyangseung)
commanditaire: Ciné Asie

Première canadienne

Battlefield Heroes Battlefield Heroes Battlefield Heroes Battlefield Heroes Battlefield Heroes Battlefield Heroes Battlefield Heroes Battlefield Heroes Battlefield Heroes

En prèsence du réalisateur Lee Joon-ik

Sélection officielle, Festival du film d'Extrême-Orient d'Udine 2011
Sélection officielle, Festival international du film de Los Angeles 2011
Sélection officielle, Festival du film asiatique de New York 2011

À l'affiche


“A handsome, sweeping period picture, a robust, earthy comedy” — Kevin Thomas, LOS ANGELES TIMES

Équipe de production

Réalisation: Lee Joon-ik
Scénario: Jo Chul-hyun, Oh Seung-hyun
Interprètes: Jeong Jin-yeong, Lee Mun-shik, Ryoo Seung-ryong, Sun Woo-sun, Yoon Je-moon
Production: Jo Chul-hyun, Oh Seung-hyun
Origine de la copie: M-Line

Indie

Description

Dans la Corée antique, la guerre, comme à n’importe quel autre endroit et à n’importe quelle autre époque, a toujours été une sale affaire, sombre et pleine de dangers – et si un réalisateur est assez brillant et/ou cinglé pour s'y lancer, ça devient hilarant! Le royaume coréen de Silla s'est allié à la dynastie chinoise des Tang, qui a l’intention de contrôler toute la péninsule. Ils se heurtent cependant au farouche royaume de Goguryeo et ce qui est en jeu n’est rien de moins que la métropole Pyongyang. Les nobles et les seigneurs complotent et bombent le torse, planifiant accroître leur pouvoir. Les officiers aboient et renâclent, envoyant leurs troupes au combat. Et à la base, on retrouve la piétaille, des paysans sans droit de parole, n’ayant vraiment rien à gagner dans ce conflit, mais forcés à faire la sale besogne. Batailles terribles et tumultueuses, traîtrises et subterfuges, tous les sinistres éléments associés à fortifier et organiser des armées entrent en jeu – et nous sont présentés de façon à nous faire rire au maximum!

Explorant à nouveau l’univers de son second long métrage, ONCE UPON A TIME IN A BATTLEFIELD (2003), Lee Joon-ik a confectionné une suite qui se suffit à elle-même. Et, encore une fois, il a le culot de se moquer de tout ce que la guerre apporte en termes de torts et de chaos. Il faut garder en tête que c’est grâce à son immense talent que nous avons pu savourer l’exquise comédie dramatique d’époque THE KING AND THE CLOWN, de même que le sensationnel BLADES OF BLOOD (ces deux films n’étant pas passés inaperçus à Fantasia). Il sait comment concocter une épopée historique faite de plusieurs intrigues qui sont soudées ensemble tout en livrant une œuvre terriblement plaisante à regarder. Il a ses propres troupes d’élite sous son commandement, à commencer par des comédiens plus que compétents ayant, de toute évidence, un plaisir fou à jouer leur personnage. Dans le rôle du roi de Silla, Hwang Jeong-min (que l’on peut aussi voir dans THE UNJUST à Fantasia cette année) déploie une verve et une attitude lui permettant de hérisser l'épiderme de ses adversaires... et la nôtre. Grâce au large éventail de son talent comique, l’expressif Lee Mun-shik fait de l’infortuné, mais habile soldat Thingy la pièce maîtresse du scénario, alors que Jeong Jin-yeong, dans le rôle du sage et rusé général Kim, surprend et ravit à tout coup. Lee sculpte avec affection et profondeur ses protagonistes, ajoutant un contrepoint très humain à tout son badinage joyeusement sanglant.

—Rupert Bottenberg (traduction Sébastien Robidoux)

2010 Sponsors