Propulsé par Divertissement

English

Beyond the Black Rainbow


commanditaire: ZTélé

Première montréalaise

Beyond the Black Rainbow Beyond the Black Rainbow Beyond the Black Rainbow Beyond the Black Rainbow Beyond the Black Rainbow Beyond the Black Rainbow Beyond the Black Rainbow Beyond the Black Rainbow

À l'affiche


“A wacky, carefully designed, totally inscrutable science fiction puzzle... an intoxicating mindtrip” — Eric Kohn, INDIEWIRE

”A cutting edge sci-fi/substance horror dream... beautiful and vivid... a pure 100% pharmaceutical grade trip” — John Marrone, BLOODY DISGUSTING

Équipe de production

Réalisation: Panos Cosmatos
Scénario: Panos Cosmatos
Interprètes: Michael Rogers, Eva Allan, Scott Hylands, Marilyn Norry
Production: Oliver Linsley, Christya Nordstokke
Origine de la copie: Mongrel Media/Metropole

Calendar

Description

La jeune Elena a été prisonnière toute sa vie. Son monde consiste en quatre murs blancs et une unique fenêtre. De l’autre côté de cette fenêtre : le docteur Barry Nyle. Est-il le salut d’Elena ou son bourreau? Sera-t-elle libre un jour de vivre une vie normale? Et quel est le but exact de la mystérieuse pyramide éclatante au centre de l’institut qui les abrite tous les deux?

Né des fantasmes préadolescents du réalisateur et scénariste Panos Cosmatos, alors qu’il découvrait les jaquettes VHS de films canadiens de science-fiction et d’horreur du début des années 80 qu’il n’avait pas le droit de louer, BEYOND THE BLACK RAINBOW est un trip psychédélique de premier ordre. Cosmatos s’empare aisément de l’esthétique d’une ère révolue tout en fusionnant ses influences en quelque chose d’audacieux et de visionnaire entièrement à lui. Ce réalisateur de clips musicaux (entre autres pour Handsome Furs) plonge le public dans une sorte de surcharge sensorielle alors qu’il mélange des éléments de la paranoïa de l’ère Reagan, de l’ingénierie sociale en folie furieuse, tout en bourrant de drogues l’étape suivante sur l’échelle de l’évolution. Le résultat s’avère une aventure envoûtante défilant à la manière d’une œuvre de science-fiction de Tarkovski en passant par le style visuel de LOGAN’S RUN. Michael Rogers livre ici une performance d’acteur fascinante dans le rôle de Barry Nyle, son extérieur froid et clinique dissimulant une couche d’obsession… et quelque chose d’autre. Cependant, aussi prenant soit Rogers, la vraie star du film demeure l’univers inventé par Cosmatos avec des images solidifiant l’expérience immersive égalée seulement par la bande sonore originale composée sur des synthétiseurs analogues d’époque par Jeremy Schmidt de Black Mountain. Laissez-vous aller pour un stupéfiant voyage.

—Todd Brown (traduction Patrick Lambert)

2010 Sponsors