Propulsé par Divertissement

English

Underwater Love

(Onna no kappa)

Première canadienne

Underwater Love Underwater Love Underwater Love

Sélection officielle, Festival du film de Tribeca 2011
Sélection officielle, Festival du film d'Extrême-Orient d'Udine 2011

À l'affiche


“a constant flow of WTF moments that make you impatient to tell friends about the strange kettle of fish you’ve just witnessed... a delightful and unclassifiable pleasurebox” — Sukhdev Sandhu, THE TELEGRAPH

“Deliriously loopy” — Andrew Schenker, SLANT

Équipe de production

Réalisation: Shinji Imaoka
Scénario: Tom Mes, Fumio Moriya
Interprètes: Sawa Masaki,Yoshiro Umezawa, Mutsuo Yoshioka, Emi Nishimura, Ai Narita
Production: Stephan Holl, Daisuke Asakura
Origine de la copie: Films Boutique

Dans...

Camera Lucida   

Évènements Spéciaux:
Camera Lucida


Synchro

Description

Créatures célèbres du folklore japonais, les kappas habitent les rivières et marécages où ils commettent des coups pendables et provoquent les gens à la lutte Sumo. Mi-hommes, mi-tortues, ils se nourrissent principalement de poisson, mais raffolent du concombre et doivent garder leur scalp hydraté en tout temps. Vous découvrirez ici un trait méconnu de leur caractère : certains peuvent s'avérer un brin libidineux. Asuka, trentenaire enjouée bossant dans une manufacture de poissons, l'apprendra rapidement. Lorsqu'elle tombe face à face avec l'un de ces kappas, elle est loin de se douter de l'impact qu'il aura sur sa vie. La créature aquatique est en fait la réincarnation amphibie d'un ancien camarade de classe, Aoki, victime d'une noyade. Ce dernier s'immisce dans l'existence d'Asuka qui voit cette amitié subite comme une menace à son éventuel mariage avec son patron, un homme pour qui romantisme rime avec... sexe. Non sans raison d'ailleurs, car Aoki l'aime profondément et revient pour la conquérir et lui sauver la vie.

Hybride déjanté mariant comédie musicale, conte traditionnel et pinku eiga (films érotiques japonais), UNDERWATER LOVE représente peut-être l'ovni cinématographique par excellence de Fantasia 2011. Si le dernier né de Shinji Imaoka, légendaire artisan du pinku contemporain, est en effet très étrange, voire déroutant, il n'aspire guère à choquer gratuitement, mais flirte tout de même avec un humour grivois proposant plusieurs gags à saveur sexuelle. Évidemment, les scènes érotiques inhérentes aux films roses, dont certaines éminemment surréalistes mettant en vedette un kappa, font d'UNDERWATER LOVE un objet cinématographique décidément adulte, mais son message sur l'amour, le vrai, en fait une œuvre profondément adorable et réjouissante. La superbe trame sonore de Stereo Total y est pour beaucoup. Le duo franco-allemand amène une touche électro-pop française aux numéros musicaux évoquant ici un Serge Gainsbourg ressuscité à l'ère de l'échantillonnage, accompagné d'une chanteuse japonaise à qui on aurait injecté les gènes d'une jeune Brigitte Bardot. UNDERWATER LOVE a bénéficié d'un appui de taille à la caméra, celui du génie incontesté de l'image derrière plusieurs œuvres de Wong Kar-Wai dont IN THE MOOD FOR LOVE, le grand Christopher Doyle, qui offre une facture visuelle éclatée et majestueuse profitant au maximum des beautés de la campagne nipponne. Et une bizarrerie filmique ne pouvant venir que du Japon ne serait jamais la même sans la présence du chouchou de Fantasia, Yoshihiro Nishimura. Vous serez heureux d'apprendre qu'il a contribué aux effets spéciaux donnant vie aux personnages fantasmagoriques de ce feel good movie érotico-musical qui colle le sourire et allège le cœur.

—Nicolas Archambault

2010 Sponsors