Propulsé par Divertissement

English

The Catechism Cataclysm

Première internationale

The Catechism Cataclysm The Catechism Cataclysm The Catechism Cataclysm The Catechism Cataclysm The Catechism Cataclysm The Catechism Cataclysm

Sélection officielle, Festival du film de Sundance 2011
Sélection officielle, South by Southwest 2011
Sélection officielle, Festival international du film de Seattle 2011

À l'affiche


“Underdeveloped priests addicted to YouTube. Lots of canoeing. Japanese girl groups terrorists. Resurrection. Steve Little. Todd Rohal. That might be the best explanation of THE CATECHISM CATACLYSM one can offer. Just go see it.” — Sean Glass, IONCINEMA

"Spins a fantastic yarn that shines a light on the power of absurd fiction" — SUNDANCE FILM FESTIVAL

Équipe de production

Réalisation: Todd Rohal
Scénario: Todd Rohal
Interprètes: Steve Little, Robert Longstreet, Walter Dalton, Miki Ann Maddox, Koko Lanham
Production: Megan Griffiths, Lacey Leavitt, David Gordon Green, Danny McBride, Jody Hill, Matt Reilly
Origine de la copie: IFC Midnight

Synchro

Description

Le Père Billy (Steve Little) est un jeune homme très étrange. Optimiste et souriant, bien qu’un poids pour ses semblables, son regard sur le monde se compare à celui d’un autiste. En plus, il est obsédé par YouTube. Un jour, après avoir involontairement terrorisé un groupe de paroissiens, le Père Billy est fortement encouragé par ses supérieurs à prendre des vacances. Le hic, c’est que Billy n’a pas vraiment d’ami avec qui partir. Pas de problème. Grâce à Internet, il retrace l’ex-copain de sa sœur aînée, Robbie (Robert Longstreet), un mec qu'elle fréquentait au secondaire et que Billy a toujours secrètement admiré. À cette époque, Robbie était un Don Juan sans vergogne membre d'un groupe heavy metal. Aujourd’hui, il est quadragénaire et technicien pour les Ice Capades. Toujours pas de problème. Robbie ne se rappelle plus vraiment qui est Billy, mais n’a réellement rien d’autre à faire alors il accepte de se joindre à lui pour un week-end de canoë-kayak. Au beau milieu de nulle part, il apparaît évident que leurs personnalités ne vont pas de pair. Il devient aussi manifeste que le monde est un endroit bien étrange. À mesure que progresse leur randonnée, rencontrant des gens particuliers et faisant face à des situations de plus en plus bizarres, le prêtre inadapté et le technicien frustré vivent toute une aventure. Nous n’en dirons pas plus, car ce serait un péché de vous vendre la mèche!

Sans aucun doute le film le plus étrange et le plus individualiste de l’année, mais aussi l'un des plus drôles et introspectifs, CATACLYSM ne peut être décrit par un simple synopsis ou un résumé quelconque. Son humour incongru va de l’inconfortable à l’absurde, tantôt discret, tantôt tapageur et révélant parfois des surprises sorties de nulle part qui vous feront rire aux larmes. CATACLYSM est la première production de la maison Rough House. Ça ne vous dit rien? C’est la nouvelle compagnie dirigée par David Gordon Green, Jody Hill et Danny McBride. On doit souligner que le réalisateur de CATACLYSM, Todd Rohal (THE GUATEMALAN HANDSHAKE), est un fan fini de FUNKY FOREST, ce qui sera évident à tout admirateur de ce film lorsqu’il visionnera une scène particulièrement insensée (vous verrez par vous-mêmes, faites-nous confiance). C’est un long métrage qui réussit à être à la fois gentillet et vulgaire, blasphématoire et dévot, optimiste et sinistre, comme si les deux côtés d’une même médaille étaient mijotés dans un ragoût joyeusement délirant par l’auteur dément qu’est Rohal, un candidat certain pour devenir le Jarmusch ou le Lynch de sa génération.

—Mitch Davis (traduction Sébastien Robidoux)

2010 Sponsors