Propulsé par Divertissement

English

Pop Skull

Première montréalaise

  • Horreur
  • /
  • ÉTATS-UNIS
  • /
  • 2007
  • /
  • 86 min
  • /
  • HD
  • /
  • Anglais
Pop Skull Pop Skull Pop Skull

En présence du réalisateur et coscénariste Adam Wingard

Gagnant : Grand prix du Jury pour le meilleur long métrage, Festival international du film underground de Boston 2008

À l'affiche


“Distinctive, visually powerful and uncompromising” — Robert Koehler, VARIETY

“A strange film about a strange person who does and experiences some very strange things... a headf*ck in all the best possible meanings” — Johnny Butane, DREAD CENTRAL

Équipe de production

Réalisation: Adam Wingard
Scénario: Adam Wingard, E.L. Katz, Lane Hughes
Interprètes: Lane Hughes, Brandon Carroll, Maggie Henry
Production: E.L. Katz, Peter Katz, Lane Hughes
Origine de la copie: Wild Bunch

Dans...

Monstres sous médication : Hommage au cinéma d'Adam Wingard   

Évènements Spéciaux:
Monstres sous médication : Hommage au cinéma d'Adam Wingard


Première partie...

Cerebella   

Cerebella

États-Unis
2008 | 7 min

Synchro

Description

AVERTISSEMENT: Ce film contient des effets visuels stroboscopiques prolongés pouvant être nocifs aux personnes atteintes d’épilepsie.

Lorsque POP SKULL d'Adam Wingard explosa sur le circuit du film de genre en 2007, il marqua l’arrivée d’un nouveau talent majeur. Wingard avait déjà un long métrage à son actif, le très sanglant HOME SICK présenté à Fantasia cette même année, mais ce fut POP SKULL qui établit les sensibilités introspectives rendant ses films si uniques dans le genre. Depuis, il est devenu l'un des jeunes cinéastes les plus occupés (il a récemment joint l’équipe de 26 réalisateurs participant à l’anthologie THE ABC’S OF DEATH) et nous avons cru bon de redécouvrir POP SKULL sur grand écran.

POP SKULL relate l’existence solitaire et décousue de Daniel, un jeune de l’Alabama accro aux pilules, au moment où ses efforts pour surmonter les épreuves de sa vie quotidienne se heurtent à l’influence croissante des spectres meurtriers qui hantent sa maison. Alors que son sens de la réalité se détériore et que ses fantasmes se déchaînent dans son esprit embrouillé, nous commençons également à nous questionner sur ce que nous voyons et vivons. Le film alterne entre les pensées de Daniel et la réalité, contrastant magnifiquement la lucidité et le chaos frénétique.

La nonchalance sombre de POP SKULL deviendra une caractéristique stylistique importante pour Wingard et, de là, ses personnages lutteront systématiquement pour un contact humain, tout en croulant devant la violence qui se trouve inévitablement au bout de cette quête (voir A HORRIBLE WAY TO DIE et WHAT FUN WE WERE HAVING, aussi à Fantasia cette année.) Le film prend des tournures inattendues et s'amuse librement avec les conventions du genre. S’il est assuré de ravir les amateurs d’horreur cérébrale, POP SKULL est autant un enivrant film de drogue qu'une œuvre d'épouvante et se retrouve dans la même catégorie que MORE, THE PEOPLE NEXT DOOR et DRUGSTORE COWBOY avec ses séquences hallucinatoires rivalisant celles de THE TRIP. Avec son intense conception sonore et ses images qui vous feront fondre le cerveau, POP SKULL est un récit anticonformiste et totalement inoubliable d’une vie et d’un amour ayant mal tourné.

—Kier-La Janisse (traduction Ariel Esteban Cayer)

2010 Sponsors