Propulsé par Divertissement

English

King of Devil’s Island

(Kongen av Bastøy)

Première canadienne

  • Drame
  • /
  • Norvège / France / Suède
  • /
  • 2010
  • /
  • 120 min
  • /
  • 35mm
  • /
  • Norvégien (Sous-titres Anglais)
King of Devil’s Island King of Devil’s Island King of Devil’s Island King of Devil’s Island King of Devil’s Island King of Devil’s Island King of Devil’s Island

Sélection officielle, Festival international du film de Goteborg 2011
Sélection officielle, Festival international du film de Seattle 2011

À l'affiche


“A potential foreign-language Oscar candidate” — Scott Roxborough, HOLLYWOOD REPORTER

Équipe de production

Réalisation: Marius Holst
Scénario: Dennis Magnusson, Eric Schmid
Interprètes: Stellan Skarsgård, Kristoffer Joner, Benjamin Helstad, Trond Nilssen, Magnus Langlete
Production: Karin Julsrud, Antoine De Clermont-Tonnerre
Origine de la copie: Film Movement

Synchro

Description

Au début du 20e siècle, l’île de Bastøy, située au milieu de la baie d’Oslofjorden à quelques 75 km d’Oslo, fut utilisée comme centre correctionnel pour jeunes hommes délinquants. En 1915, une émeute survint et entraîna une intervention militaire, l'une des deux seules fois dans l’histoire norvégienne où l’armée ouvrit le feu sur son propre peuple. KING OF DEVIL’S ISLAND imagine l’expérience vécue par les jeunes sur Bastøy et ce qui aurait pu déclencher l’émeute.

Erling, âgé de 17 ans, arrive sur l’île après avoir été soupçonné de meurtre. Le tireur de harpons sur un baleinier est certainement le jeune homme le plus endurci sur l’île, d’autres y vivant depuis plusieurs années pour des crimes insignifiants tels que de voler la dîme de l’église. Sur Bastøy, la vie est dure, les tâches manuelles imposées sont ardues, les prisonniers sont sous-alimentés et mal vêtus pour le rude hiver norvégien. Le personnel sévère impose un strict régime de règles et châtiments cruels conçu pour briser les adolescents et en faire de « jeunes chrétiens honorables, utiles et humbles ». Le système va aussi loin qu’éliminer leurs noms, les remplaçant par des numéros. Dans l’adversité, Erling, ou C-19, se lie d’amitié avec Olav, ou C-1, et garde un œil sur le plus chétif Ivar, ou C-5. Le gardien des jeunes, Brthen, travaille sous la direction du gouverneur (Stellan Skarsgård). Lorsque les adolescents réalisent que Brthen abuse sexuellement du plus faible du groupe et que rien n’est fait pour remédier à la situation, Erling et Olav éclatent d’une rage violente qui les mène tout droit en isolement carcéral. Parvenant éventuellement à s’échapper, ils inspirent le groupe de prisonniers à se rebeller contre les gardiens qu’ils surpassent clairement en nombre. Réussiront-ils cependant à s’évader de l’île du Démon?

La cinématographie grise et bleu mettant l’accent sur l’impitoyable hiver norvégien, ainsi que l’authenticité des décors qui évoquent la dure réalité de l’époque, sont parmi les nombreux attraits remarquables de KING OF DEVIL’S ISLAND. La présence du grand acteur Stellan Skarsgård (THE GIRL WITH THE DRAGON TATTOO, GOYA’S GHOSTS, THOR) est égalée par les performances brutes et authentiques des adolescents, pour la plupart acteurs non-professionnels. Suivant MIRUSH, DRAGONFLY et CROSS MY HEART AND HOPE TO DIE, il s’agit du 4e film de Marius Holst, dont la tablette à trophées bien garnie inclut le Prix Blue Angel du Festival de Berlin en 1995, une mention spéciale du Festival international du film d’Édimbourg en 2002 et le Prix Golden Swan du Festival international du film de Copenhague en 2007.

—Stephanie Trepanier (traduction Ariel Esteban Cayer)

2010 Sponsors