Propulsé par Divertissement

English

Panique

En présence du réalisateur Jean-Claude Lord

À l'affiche

Équipe de production

Réalisation: Jean-Claude Lord
Scénario: Jean-Claude Lord, Jean Salvy
Interprètes: Paule Baillargeon, Jean Coutu, Lise Thouin, Pierre Thériault, Jacques Thisdale
Production: Pierre David, René Malo
Origine de la copie: Cinémathèque québécoise

Indie

Description

« PANIQUE met en scène une potentielle catastrophe écologique, conséquence de la pollution industrielle. Ce thriller a été inspiré par des événements survenus à Seveso en Italie et à Minamata au Japon dans les années 70. PANIQUE voulait alerter le public à l’effet que de telles catastrophes nous guettent ici même, chez nous. Il voulait également explorer une éventuelle collusion entre l'industrie et le gouvernement qui déploieraient un cover-up pour se défiler de leurs responsabilités dans de telles circonstances. PANIQUE aurait-il dû être tourné vingt-cinq ans plus tard pour un maximum d’impact? » — Jean-Claude Lord, avril 2011.

JIT, une multinationale de pâtes et papier décide d'investir dans la construction d'une usine de transformation à proximité de Montréal. Le projet sert bien des politiciens, crée des emplois, mais comporte de sérieux risques environnementaux. Contaminée par des déchets hautement toxiques déversés par la JIT, l’eau du Saint-Laurent devient porteuse d’une épidémie mortelle. De nombreux nouveaux cas d'intoxication font soudainement leur apparition. Un enfant meurt. On établit un lien causal entre cette vague d’intoxications et l’eau courante. La panique s’empare de Montréal. Politiciens et industriels parviennent habilement à se disculper en falsifiant des échantillons d’eau aux fins d’enquête. La relationniste de la JIT découvre toute la vérité et décide de faire éclater au grand jour cette collusion malsaine. En compagnie de syndicalistes et d'un groupe de citoyens, elle prend d'assaut le plateau de tournage d’une entrevue en direct avec le premier ministre sur les ondes de la télévision nationale. Armés et organisés, les terroristes entendent bien forcer le premier ministre à avouer toute la vérité.

Rarement un film des années 70 n’aura été aussi pertinent aujourd’hui. La corruption est toujours bien présente, la collusion entre les grandes corporations et le milieu politique fait plus que jamais les manchettes et l'empoisonnement de notre environnement est omniprésent dans les médias. On remplace la pollution industrielle par le gaz de schiste et ce film coup de poing qui n’a rien perdu de son punch colle parfaitement aux préoccupations actuelles des citoyens québécois. Les 20 dernières minutes sont littéralement anthologiques. Les monologues finaux récités par Jacques Thisdale et Paule Baillargeon résonnent encore aujourd’hui avec une justesse alarmante. Film d’anticipation terrifiant servi sous les traits d’un thriller politique qui assume le look et les caractéristiques de son époque, PANIQUE jouit d’un style cru et réaliste, d’un montage rapide et nerveux et d’un groupe d’acteurs qui défendent leurs rôles avec une confiance évidente envers le cinéaste et sa vision.

—Marc Lamothe

2010 Sponsors