Propulsé par Divertissement

English

Yakuza Weapon

(Gokudo-Heiki)

Première canadienne

Yakuza Weapon Yakuza Weapon Yakuza Weapon Yakuza Weapon Yakuza Weapon Yakuza Weapon Yakuza Weapon Yakuza Weapon

En présence du coréalisateur, coscénariste et acteur Tak Sakaguchi, du coréalisateur et coscénariste Yudai Yamaguchi, de l'acteur Arata Yamanaka et du producteur Yoshinori Chiba

Sélection officielle, Festival international du film fantastique de Yubari 2011
Sélection officielle, Festival du film asiatique de New York 2011

À l'affiche


“Gonzo, blood-soaked slapstick... highly entertaining madness” — James Mudge, BEYOND HOLLYWOOD

“Luridly over-the-top... free-wheeling, anarchic humour” — Anton Bitel, EYE FOR FILM

Équipe de production

Réalisation: Yudai Yamaguchi, Tak Sakaguchi
Scénario: Yudai Yamaguchi, Tak Sakaguchi, from Ken Ishikawa
Interprètes: Tak Sakaguchi, Shingo Tsurumi, Cay Izumi, Akaji Maro, Jun Murakami, Arata Yamanaka
Production: Yoshinori Chiba
Origine de la copie: Sushi Typhoon/Nikkatsu

Indie

Description

Altruisme et indulgence, voilà deux traits de caractère qui siéent in extenso à l'équipe de Fantasia, alors nous comprenons parfaitement si vous cogitez le raisonnement suivant : « Oh, j'ai mieux à faire que d'assister à une projection de YAKUZA WEAPON, ce film coréalisé par Yudai Yamaguchi et Tak Sakaguchi, ces deux incorrigibles délinquants du septième art! » Oui, nous entrevoyons la possibilité que vous ayez quelques activités plus pertinentes à vos yeux que celle consistant à poser votre postérieur sur un siège et regarder défiler le dernier effort de ceux qui ont réalisé et/ou interprété un rôle dans BATTLEFIELD BASEBALL (et son héritier DEADBALL, à la carte de Fantasia cette année) VERSUS, MEATBALL MACHINE, CROMARTIE HIGH SCHOOL et bien davantage.

Peut-être avez-vous du boulot à abattre sur la splendide maquette ferroviaire égayant le sous-sol chez madame votre mère. Peut-être y a-t-il conflit d'horaire avec le club de discussions sur la poésie de la Renaissance auquel vous venez d'adhérer – n'oubliez pas votre camomille. Ou peut-être préférez-vous simplement rester au chaud, bien emmitouflé à l'abri de ce monde cruel, avec votre nécessaire de tricot – bonne chance avec les licornes et nénuphars réquisitionnés par tante Béatrice. Nous concédons certainement que ces activités réellement gratifiantes puissent vous empêcher de venir... gueuler à vous en exploser les veines des yeux devant un feu roulant d'action! L'incroyable Tak Sakaguchi incarne l'indestructible Shozo Iwaki, un mercenaire malengueulé, combattant à mains nues, si intrépide que les balles de mitraillette ont trop les chocottes pour oser l'atteindre. Forcé de revenir au Japon dans le féroce milieu des yakuza à l'annonce de la mort de son parrain de père, on lui sectionne un bras et une jambe au cours d'un furieux combat. Shozo se fait alors greffer une mitraillette M61 et un lance-roquette là où il lui manquait des bouts et aspire fébrilement à péter moult gueules. Apportez votre parapluie et, pour les âmes délicates, un mouchoir pourrait être requis afin d'essuyer les larmes provoquées par toute cette démence.

Alors bonne chance avec votre macramé fuchsia sur lequel vous broderez votre nom – Didier, François-Étienne ou whatever – et ne prenez pas un tutu trop serré pour vos leçons de ballet. En fait, nous sommes un tantinet soulagés qu'au moment où l'action, chorégraphiée par Yuji Shimomura (DEATH TRANCE, VERSUS,) explosera, que les poings, pieds ou balles et autres projectiles pleuvront et que les effets spéciaux et maquillages de Yoshihiro Nishimura éclabousseront l'écran – autrement dit quelques minutes après le générique d'ouverture – nous n'aurons pas à aller escorter votre corps tremblotant vers la sortie.

—Rupert Bottenberg (traduction Nicolas Archambault)

2010 Sponsors