Propulsé par Divertissement

English

The Wicker Tree

Première mondiale

  • /
  • Royaume-Uni
  • /
  • 2011
  • /
  • 95 min
  • /
  • HD
  • /
  • Anglais
The Wicker Tree The Wicker Tree The Wicker Tree The Wicker Tree The Wicker Tree The Wicker Tree The Wicker Tree The Wicker Tree The Wicker Tree

En présence du réalisateur et scénariste Robin Hardy et de l’acteur James Mapes

À l'affiche


“Erotic, romantic, comic and horrific enough to loosen the bowels of a bronze statue” — Christopher Lee

Équipe de production

Réalisation: Robin Hardy
Scénario: Robin Hardy
Interprètes: Graham McTavish, Brittania Nicol, Henry Garrett, Jacqueline Leonard, Sir Christopher Lee
Production: Peter Snell, Alastair Gourlay
Origine de la copie: Anchor Bay Films

Calendar

Description

« Soyons honnêtes: il existe des communautés bien étranges dans le monde. » Anneaux de pureté en main, un jeune chanteur chrétien évangéliste et sa dévouée fiancée quittent le confort de leur domicile texan pour visiter les coins les plus païens sur Terre, dans l’espoir de transmettre la parole de Dieu. Leur mission les mènera dans une curieuse ville d’Écosse, dont les habitants et leurs mœurs bouleverseront complètement leur vie. Appeler cela un choc culturel serait un euphémisme. En révéler plus relèverait du blasphème.

Trente-huit années après avoir réalisé THE WICKER MAN (suivant une sabbatique cinématographique qui dura 22 ans), l’acclamé iconoclaste Robin Hardy refait équipe avec Peter Snell afin de retourner au panthéon païen avec ce successeur excessivement excentrique intitulé THE WICKER TREE. La distinction est importante, comme le film n’est ni une suite ni une réinvention, mais plutôt un proche parent au niveau narratif tiré du même univers (ou, tel que décrit par son créateur, une « suite spirituelle »). Hardy est un réalisateur unique, qui sut imprégner THE WICKER TREE de sa propre personnalité, illustrant son film aux couleurs de l’Écosse, tout en greffant au récit tout plein de chansons folks accrocheuses, une sexualité débordante et une magie de type rêveuse. On joue également ici avec l’iconographie religieuse de façon ingénieuse, alors que la connaissance des rituels païens est parfaitement maîtrisée, utilisant danses, lieux éthérés, costumes singuliers et autres masques animaliers.

THE WICKER TREE est un regard franc sur les absurdités de la foi (entre le christianisme et le paganisme, aucun ne s’en sort indemne). On pourrait le qualifier de sombre satire théologique ou d’étrange croisement entre une comédie musicale, film d’horreur et un thriller dramatique. Peu importe comment vous l’appellerez, il vous accrochera un sourire au visage – et peut-être vous éclairera-t-il dans vos croyances. Basé sur le roman de Hardy COWBOYS FOR CHRIST et incluant des apparitions de Christopher Lee, de membres du Beltane Fire Society et une glorieuse et intense performance de Graham McTavish, c’est un film qui a mijoté pendant plusieurs années et qui s’est avéré être très difficile à monter. Aujourd’hui, il est finalement ici. Préparez-vous à grimper cet arbre d’osier et à célébrer avec nous le retour de ce cinéaste visionnaire. May Day s’en vient. THE WICKER TREE est sur le point de brûler.

—Mitch Davis (traduction Kristof G.)

2010 Sponsors