Propulsé par Divertissement

English

Morituris

Première internationale

  • Horreur
  • /
  • Italie
  • /
  • 2011
  • /
  • 83 min
  • /
  • HD
  • /
  • Italien (Sous-titres Anglais)
Morituris Morituris Morituris Morituris

En présence du réalisateur Raffaele Picchio

À l'affiche


“One of the best Italian horror films of the new era” — Luca Ruocco, INDIEHORROR.IT

Équipe de production

Réalisation: Raffaele Picchio
Scénario: Gianluigi Perrone
Interprètes: Francesco Malcom, Andrea De Bruyn, Giuseppe Nitti, Valentina D'Andrea, Simone Ripanti
Production: Vincenzo Manzo, Gianluigi Perrone, Raffaele Picchio, Pierpaolo Santagostino
Origine de la copie: Raffaele Picchio

Première partie...

The Weeping Woman   

The Weeping Woman

première canadienne
États-Unis
2011 | 7 min
Anglais

Calendar

Description

Faisant partie d’une nouvelle vague dans le cinéma d’horreur italien menée par le provocant SHADOW de Federico Zampaglione, MORITURIS du réalisateur Raffaele Picchio débute tout doucement alors que trois jeunes gars ramassent deux belles jeunes filles et tentent tranquillement de faire connaissance pendant le voyage, avec des conversations passant du banal au profond. L’amour semble être dans l’air pour deux d’entre eux et, bien que l’on prévoie un destin horrible en leur direction (on est dans un film d’horreur après tout), ce qui se produit réellement est plutôt conçu pour tester les limites du public envers l’absurde et l’abominable. Alors que la bande poursuit son chemin à pied vers leur destination finale, une série d’événements choquants éveille de façon inexpliquée une armée de sanguinaires gladiateurs romains morts-vivants avec l’intention de soumettre les intrus à toutes sortes de morts sanglantes, toutes générées par la main de Sergio Stivaletti. Les admirateurs de celui-ci, certainement l’un des plus grands maquilleurs d’effets spéciaux en Italie, vont sans aucun doute avoir des frissons en contemplant le retour du maestro à l’œuvre. Le même derrière plusieurs films de Dario Argento (OPERA), Lamberto Bava (DEMONS) et Michele Soavi (DELLAMORTE DELLAMORE), le voici déchiquetant la chair comme seul lui peut le faire avec une touche de style rococo et une soif de sang grandiose.

Sombre, cruel, intense, bizarre et brutal, MORITURIS fait un bond en arrière vers l’esthétique violente hyperstylisée du maître italien de l’horreur Lucio Fulci (imaginez un mélange pervers entre NEW YORK RIPPER et ZOMBIE et vous obtenez un vague concept du ton de l’œuvre, ainsi que son niveau de débauche et de gore), tout en pigeant dans la sauce du slasher nord-américain ainsi que dans la terreur d’un survival avec un aplomb tout aussi impitoyable. C’est par cette mixture du familier et de l’exotique que MORITURIS devient une expérience aussi efficace et profondément étrange. Ceux affectionnant les sensations viscérales avec une touche d’excentricité provenant de la Méditerranée et une ampleur lyrique vont tout simplement adorer ce cauchemar éclaboussé de sang. C’est BEN-HUR revenu d’outre-tombe. C’est SPARTACUS avec des parties de jambes en l’air agressives et de l’épouvante. C’est GLADIATOR avec du gore graphique et des goules. C’est… vous voyez le tableau. Ne le manquez pas!

—Chris Alexander (traduction Patrick Lambert)

2010 Sponsors