Propulsé par Divertissement

English

One Hundred Years of Evil

Première nord américaine

  • /
  • Suède / ÉTATS-UNIS
  • /
  • 2010
  • /
  • 80 min
  • /
  • HD
  • /
  • Anglais
One Hundred Years of Evil One Hundred Years of Evil One Hundred Years of Evil

Sélection officielle, Festival international du film de Stockholm 2010
Sélection officielle, Festival international du film de Rotterdam 2011

À l'affiche

Équipe de production

Réalisation: Erik Eger, Magnus Oliv
Scénario: Erik Eger, Magnus Oliv, Joacim Starander, Olly Blackburn
Interprètes: Jon Rekdal, Jordi Almeida, Jack Frankel, Andrea Sooch
Production: Erik Eger, Magnus Oliv, Joacim Starander, Jonas Kellagher, André Robert Lee
Origine de la copie: Raven Banner

Dans...

Playback in Black: la nouvelle vague   

Évènements Spéciaux:
Playback in Black: la nouvelle vague


Push

Description

On nous a dit qu’Adolf Hitler est décédé durant la guerre. On nous a menti. Récemment, des documents d’archives semblent indiquer que l’abominable dictateur, probablement l’homme le plus cruel de tous les temps, se serait plutôt sauvé en Amérique, possiblement avec l’aide de la CIA, et qu’il aurait adopté le surnom d'Adolf Munchenhauser. Là-bas, le maître de la propagande aurait gravité autour des domaines de la culture et des affaires, transformant la culture populaire et ce que l’on appelle aujourd’hui « Corporate America ». Hitler a entre autres inventé les romans-savon. Tout comme la restauration rapide. D’après ceux l’ayant fréquenté, il arrivait de temps à autre qu’un plaisantin souligne à quel point Munchenhauser ressemblait à Hitler, ce que l’homme grincheux détestait. Le documentariste norvégien Skule Antonsen a risqué sa vie en enquêtant sur ces témoignages qui, au premier abord, semblait être des légendes urbaines, mais se révélèrent au final étonnamment vrais. Lors du tournage de son film, il a été suivi, menacé et attaqué par des hommes de l’ombre qui préféraient que le monde ignore tout des vérités choquantes sur les origines de la culture occidentale. Aujourd’hui, tout sera enfin révélé.

Êtes-vous prêts pour une révision de l’Histoire, les enfants? La bonne réponse est « oui! » Décrit par ses créateurs comme une comédie mensongère, ONE HUNDRED YEARS OF EVIL a été comparé à des films comme ZELIG de Woody Allen et FORGOTTEN SILVER de Peter Jackson à titre d’irrévérencieux et hilarant documentaire qui ne craint pas de démolir quelques faits établis. Les coréalisateurs suédois Erik Eger et Magnus Oliv ont créé quelque chose de fort impressionnant, un film qui fonctionne à la fois comme un documentaire tronqué ainsi qu’un surprenant thriller policier teinté d’occasionnelles scènes d’action! Bien que l’exécution de l’œuvre soit aussi maîtrisée qu’élégante (les amusants documents d’archives vous laisseront béats), elle a en fait été tournée avec un budget minime, malgré l'emploi du format Super 16mm, tellement minime que l’équipe a régulièrement dormi dans le camion de la production parce qu’il n’y avait pas d’argent pour l’hôtel! Le réalisateur de DONKEY PUNCH Olly Blackburn a participé au scénario, en compagnie de Eger, Oliv et Joacim Starander, ce dernier étant également le compositeur de la trame sonore. Les quatre ont habilement transformé des faits documentés en une uchronie absurde qui a épaté l’audience des festivals à travers l’Europe, tout en étant le Noël des fanatiques d’Histoire et des théoriciens du complot.

—Mitch Davis (traduction Simon Laperrière)

2010 Sponsors