Propulsé par Divertissement

English

Some Guy Who Kills People

Première canadienne

Some Guy Who Kills People Some Guy Who Kills People Some Guy Who Kills People Some Guy Who Kills People Some Guy Who Kills People Some Guy Who Kills People Some Guy Who Kills People Some Guy Who Kills People Some Guy Who Kills People

Sélection officielle, Festival du film fantastique d'Amsterdam 2011
Sélection officielle, Festival international du film de Brooklyn 2011
Sélection officielle, Festival international du film fantastique de Puchon 2011

À l'affiche

Équipe de production

Réalisation: Jack Perez
Scénario: Ryan A. Levin
Interprètes: Kevin Corrigan, Barry Bostwick, Karen Black, Lucy Davis, Leo Fitzpatrick
Production: Ryan A. Levin, Jack Perez, Micah Goldman, Michael Wormser, Kristin Holt, John Landis

Calendar

Description

Le mot « excentrique » est brandi à tort et à travers dans les annales du cinéma indépendant et masque souvent une intention désespérée d'être unique et original à tout prix. Mais dans le cas du réalisateur Jack Perez (MEGA SHARK VS. GIANT OCTOPUS) et de son film à petit budget intelligent et décalé SOME GUY WHO KILLS PEOPLE (aussi le premier long métrage du scénariste Ryan A. Levin, dont le court métrage THE FIFTH gagna un Prix du public à Fantasia 2007), « excentrique » est un badge d’honneur et la définition idéale de cet univers déjanté rempli de personnes tordues refusant d’agir comme des humains normaux. C’est une sacrée comédie qui équilibre l’hilarité avec des courants sous-jacents plutôt sinistres.

L’acteur Kevin Corrigan, excellent entre autres dans PINEAPPLE EXPRESS et BIG FAN, profite d'une rare opportunité de se retrouver au premier plan en incarnant Ken, un individu replié sur lui-même. Marqué et irrémédiablement endommagé, il est confiné dans un établissement psychiatrique après des incidents atroces survenus plus tôt dans sa vie. Dès sa libération, Ken dégote un emploi dans la restauration et essaie de trouver un semblant de joie, mais il est tourmenté par ses souvenirs et la cavalcade d’imbéciles le traitant comme de la merde. Ken éclate et commence à assassiner méthodiquement – de façon graphique, hilarante et malicieuse – ses antagonistes. Ajoutez le macho et viril Sherrif (le vétéran Barry Bostwick de ROCKY HORROR PICTURE SHOW), la mère dingue de Ken (l’excellente Karen Black) et sa fille (Ariel Gade) qui ne savait même pas qu’elle avait un père. Et soyez assurés que vous serez témoins de plusieurs rebondissements.

SOME GUY WHO KILLS PEOPLE a comme producteur exécutif le roi de l'excentricité John Landis, créateur des comédies d’horreur AN AMERICAN WEREWOLF IN LONDON et INNOCENT BLOOD avec lesquelles il partage certaines similitudes de ton. Ce nouveau projet de Perez est excellent, sanglant, imprévisible et soutenu par des performances fantastiques. Black, en particulier, se détache de ses récents rôles plus extravagants et livre l'une de ses meilleures interprétations des dernières décennies. Bostwick a visiblement beaucoup de plaisir avec un personnage qui aurait aisément pu tomber dans la caricature. Les amateurs de SHAUN OF THE DEAD et de la version originale de THE OFFICE seront heureux de voir Lucy Davis. Mais la principale attraction du film demeure la performance de Corrigan, présent dans presque toutes les scènes, qui s’investit à fond dans son rôle d'antihéros misérable avec un sérieux digne des plus grands. Soyez présents lorsque nous révélerons ce bijou noir comme l’encre à un public qui saura apprécier ses multiples charmes.

—Chris Alexander (traduction Ariel Esteban Cayer)

2010 Sponsors