Propulsé par Divertissement

English

Birthright

Première canadienne

  • Drame
  • /
  • Japon
  • /
  • 2010
  • /
  • 108 min
  • /
  • 35mm
  • /
  • Japonais (Sous-titres Anglais)
Birthright Birthright Birthright Birthright

Sélection officielle, Festival international du film de Tokyo 2010
Sélection officielle, Festival international du film de Goteborg 2011
Sélection officielle, Festival de films Danger After Dark 2011

À l'affiche

Équipe de production

Réalisation: Naoki Hashimoto
Scénario: Naoki Hashimoto, Kiyotaka Inagaki
Interprètes: Sayoko Oho, Miyu Yagyu, Ryoko Takizawa
Production: Naoki Hashimoto
Origine de la copie: Eleven Arts

Dans...

Camera Lucida   

Évènements Spéciaux:
Camera Lucida


Indie

Description

Dans une petite ville côtière du Japon, une jeune femme, Mika, erre dans les rues sans but apparent. Elle observe les maisons, regarde furtivement ce qui s'y passe, jusqu'à ce qu'elle tombe sur celle d'une famille normale semblant davantage l'intéresser que celle des autres familles normales. En fait, c'est Naoko, la mère du clan, qui paraît attirer son attention. Mika la fixe assidûment du regard sans même se cacher et Naoko la remarque sans réagir. Puis un matin, Ayano, la fille de Naoko, quitte le foyer familial pour se rendre au collège, mais Mika l'attend et l'entraîne vers son automobile prétextant qu'un garçon voudrait la rencontrer. Ayano la suit, car après tout, une fille à peine plus âgée qu'elle ne peut représenter une trop grande menace. Erreur. Elle se retrouve ligotée et menottée sur le siège arrière de la voiture, en route vers un entrepôt désert où Mika la fera payer pour ce qu'elle n'a pas obtenu. Mika compte démolir Ayano jusque dans les recoins les plus secrets de sa psyché et mettre son âme en miettes. Pourtant, la personne visée par cet élan vengeur n'est pas Ayano, mais bien Naoko.

Un film de vengeance au féminin inusité et ensorcelant, un drame percutant qui tétanise le cœur, BIRTHRIGHT propose une réflexion subtile sur les enjeux moraux de la vengeance rappelant LES SEPT JOURS DU TALION de Podz, un parallèle accentué par le type d'interactions que livre l'agresseuse à l'agressée. Toutefois, la comparaison s'arrête ici, car BIRTHRIGHT ne s'appuie guère sur les coups et la torture typiques du sous-genre vengeur, il expose une violence psychologique basée sur le silence et l'abandon, l'essence du ressentiment déclencheur. Une démarche audacieuse pour le réalisateur, coscénariste et producteur Naoki Hashimoto qui, à son premier long métrage, n'a pas peur de chambouler les conventions et les attentes du public. Ayant travaillé à titre de producteur avec des cinéastes respectés comme Shunji Iwai, sur ALL ABOUT LILY CHOU-CHOU, et Jun Ichikawa, sur TONY TAKITANI, Hashimoto démontre un talent fou pour établir rapidement une atmosphère oppressante, méditative et onirique qui nous transporte au moyen d'un travail colossal sur l'image et le son vers sa finale déchirante. Appuyé par d'irréprochables interprétations tout en nuances, notamment Sayoko Oho qui livre une performance évoquant autant de vulnérabilité que de latente fureur, et une direction photo splendide et inventive proposant des plans-séquences savamment composés, parmi les plus beaux que vous contemplerez cette année, BIRTHRIGHT est une perle cinématographique à la fois angoissante et magnifique qui se doit d'être vue sur grand écran.

—Nicolas Archambault

2010 Sponsors