Propulsé par Divertissement

English

Blackthorn

Première canadienne

  • Western
  • /
  • Espagne / ÉTATS-UNIS
  • /
  • 2011
  • /
  • 98 min
  • /
  • 35mm
  • /
  • Anglais/espagnol (Sous-titres Anglais)
Blackthorn Blackthorn Blackthorn Blackthorn Blackthorn Blackthorn

Sélection officielle, Festival du film de Tribeca 2011
Sélection officielle, Festival international du film de Shanghai 2011
Sélection officielle, Festival international du film de Las Palmas 2011

À l'affiche


“A classically minimalist Western... mythic... ravishing vistas” — Ronnie Scheib, VARIETY

Équipe de production

Réalisation: Mateo Gil
Scénario: Miguel Barros
Interprètes: Sam Shepard, Eduardo Noriega, Magaly Solier, Stephen Rea
Production: Jan Pace, Ibón Cormenzana, Andrés Santana, Paolo Agazzi
Origine de la copie: Magnolia Pictures

Push

Description

Un superbe western au rythme agréable à propos d’un Butch Cassidy vieillot en cachette (Sam Shepard dans un rôle digne d’un Oscar), BLACKTHORN avance que le réputé braqueur de banques n’est pas mort aux mains de l’armée bolivienne en 1908. Sous le pseudonyme de James Blackthorn, le bandit retraité a passé son « âge d’or » dans l’anonymat des collines arides de l’Amérique du Sud, mais aspire maintenant à retourner aux États-Unis voir sa famille avant le grand départ vers le ranch confortable des cieux. Par contre, ses plans secrets vont de travers lorsqu’un escroc en cavale (Eduardo Noriega de THE DEVIL’S BACKBONE) croise le chemin de Blackthorn. Il perd alors son cheval ainsi que ses économies et doit s’allier à l’homme mystérieux qui promet de partager son butin volé avec le vétéran bandit s’il le guide hors du désert impitoyable. Ayant divers hommes de loi ainsi que des troupes à ses trousses (dont Stephen Rea en un agent déshonoré de la Pinkerton, encore sur la piste de Butch après toutes ces années), Blackthorn se lance dans une dernière aventure, aboutissant sur une révélation surprenante…

Avec BLACKTHORN, l’Espagnol Mateo Gil fait ses débuts en langue anglaise à partir d’un scénario du nouveau venu Miguel Barros racontant une histoire éloquente et élégiaque. Les admirateurs du cinéma de genre européen connaissent mieux Gil pour avoir écrit les excellents thrillers espagnols OPEN YOUR EYES, THESIS et NOBODY KNOWS ANYBODY. Les images magnifiques du cinématographe Juan Ruiz Anchía capturent brillamment une époque révolue dans le style de Sergio Leone alors que Shepard, jamais mieux qu’ici, interprète même d’une voix rauque ses propres chansons sur la bande-son. En plus de Leone, Gil rend hommage au cinéma de John Ford tout en lançant un clin d’œil ou deux au classique de George Roy Hill, BUTCH CASSIDY AND THE SUNDANCE KID (1969). Toutefois, l’accent (espagnol) dans BLACKTHORN n’est pas mis sur les anciennes traditions du vieil Hollywood, mais bien sur le drame humain. Shepard joue un Cassidy revitalisé avec une dignité silencieuse et nous rencontrons même une version précédente du personnage, cette fois interprétée par Nikolaj Coaster-Waldau de GAMES OF THRONES. Malgré son passé de pilleur de banques et les complications présentes en tant que complice accidentel, Blackthorn est un homme avec un code moral très strict. Par son regard contemplatif et ses dialogues clairsemés, le dramaturge Shepard transmet toutes ces émotions subtiles magnifiquement.

—Tony Timpone (traduction Patrick Lambert)

2010 Sponsors