Propulsé par Divertissement

English

Bellflower

Première montréalaise

Bellflower Bellflower Bellflower Bellflower Bellflower Bellflower Bellflower Bellflower

Sélection officielle, Festival du film de Sundance 2011
Sélection officielle, South by Southwest 2011
Sélection officielle, Festival du film underground de Calgary 2011

À l'affiche


“Stunningly insane... surreally beautiful and palpably gritty” — Kenji Fujishima, SLANT

“A phenomenal showcase for newcomer Glodell” — Eric Kohn, INDIEWIRE

Équipe de production

Réalisation: Evan Glodell
Scénario: Evan Glodell
Interprètes: Evan Glodell, Jessie Wiseman, Tyler Dawson, Rebekah Brandes, Vincent Grashaw
Production: Vincent Grashaw, Evan Glodell
Origine de la copie: Oscilloscope Laboratories

Cinemabox

Description

Woodrow (le réalisateur et scénariste débutant Evan Glodell) et Aiden (Tyler Dawson) sont deux meilleurs amis passant tous leurs temps libres à bâtir et tester de dangereux lance-flammes et de démentes bagnoles musclées à la ROAD WARRIOR en préparation de la fin de la civilisation. On ne voit jamais ces slackers avec un emploi à proprement dit, mais ils aiment bien se gorger de bière (même au petit déjeuner) tout en traînant dans leur miteux domicile de Los Angeles, attendant patiemment le jour où ils pourront enfin sortir leur véhicule extravagant et faire une virée digne de ce nom. Puis, Woodrow fait la rencontre de Milly (Jessie Wiseman), une charismatique jeune femme, lors d’une compétition d’ingestion de grillons vivants dans un bar. C’est le coup de foudre et les anciens bornés Woodrow et Aiden se voient bientôt intégrer un nouveau groupe d’amis, déclenchant un voyage d’amour et de haine, de trahisons, d’infidélités et de violence extrême plus dévastatrice et explosive que tous leurs scénarios fantasmés à propos de la fin du monde. Ils sont peut-être préparés pour l’apocalypse globale, mais Woodrow et Aiden sont loin d’avoir prévu l’apocalypse émotionnelle qui les attend.

Certaines notices font de leurs mieux pour résumer de nouveaux films en quelques lignes ou en les comparant à des classiques du passé (« Un mélange de CITIZEN KANE et PIRANHA! »), mais il est impossible de décrire ce BELLFLOWER complètement original en de simples petites phrases. Utilisant un brin de l’esthétique parfois décrié des films mumblecore (œuvres indépendantes où l’on suit une routine et les relations qu’on y trouve), ce long métrage est à la fine pointe du cinéma indépendant, là où rien ne peut être classifié aisément. Il est agréable de regarder ces deux experts de Mad Max bidouiller sur leur Buick Skylark 1972 personnalisée (surnommée Medusa, engin que Glodell a lui-même conçu et fabriqué en plus d’une caméra faite à la main!) qui pourrait affronter facilement Lord Humungus tout en arborant deux lance-flammes à combustible, un écran de fumée, un « système d’échappement sur mesure pour l’apocalypse », une réserve d’oxygène pour une guerre chimique ou sous-marine et plus encore. Ajoutant aux beaux bolides et aux discussions normales entre potes, ce qui différencie BELLFLOWER des autres est sa sous-intrigue romantique entre Woodrow et Milly et des répercussions de cette relation sur celle des gars tout en démontrant comment un accrochage agité entre amants menace de tout détruire. Intensément personnel, BELLFLOWER vous conduira directement au cœur de ténèbres.

—Tony Timpone (traduction Patrick Lambert)

2010 Sponsors