Fantasia screening rates at the top of Kevin Laforest’s ‘Best of 2010′

MY TOP TEN OF 2010
From Kevin Laforest, Voir.ca, 27 décembre 2010:

1 – Scott Pilgrim vs. the World d’Edgar Wright
Les trois ou quatre premiers titres de cette liste auraient tous pu être de bons candidats pour finir au sommet de ce top personnel. Reste que, mis à part le plaisir “coupable” procuré par Piranha 3D (!), aucune expérience cinématographique n’a été plus jouissive pour moi cette année que la présentation de Scott Pilgrim à Fantasia. Je suis aussi convaincu qu’il s’agit du film que je vais revoir le plus souvent lors des prochaines années…

2 – Enter the Void de Gaspar Noé
… car avouns-le, aussi génial, puissant et avant-gardiste que puisse être Enter the Void, dans ce cas-ci certainement l’expérience cinématographique la plus *intense* que j’ai vécue en 2010, je ne pense pas m’y soumettre à nouveau très souvent!

3- Black Swan de Darren Aronofsky
Discipline et délire s’entremêlent dans ce brillant exercise de style, portée par une Natalie Portman au sommet de son art. Un autre brillant long métrage signé Aronofsky (dont le chef d’oeuvre demeure toutefois The Fountain, quoiqu’en dise les détracteurs de ce film).

4- Inception de Christopher Nolan
Entre deux Batman, Nolan nous a offert cet époustouflant film de science-fiction ambitieux, complexe et ingénieux, tout en demeurant formidablement divertissant.

5- Un Prophète de Jacques Audiard
Un film de gangsters incroyablement distrayant, habité par la conviction qu’il n’est pas nécessaire d’adopter un ton solennel et un style austère pour faire un grand film.

6- The Social Network de David Fincher
Débordant de dialogues vifs et mémorables, livrés par un exceptionnel groupe de jeunes acteurs, ce film à la réalisation sobre mais parfaitement calibrée renferme par ailleurs la meilleure trame sonore de l’année, courtoisie de Trent Reznor et Atticus Ross.

7- Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois
Une oeuvre remarquable à tous les niveaux, parfois solennelle et austère, oui, sans toutefois devenir sermonneuse et aride pour autant, l’émotion, le suspense et même l’humour y ayant aussi leur place.

8- Biutiful de Alejandro González Iñárritu
Certains accusent ce film de misérabilisme, mais entre autres grâce à la performance extraordinairement émouvante de Javier Bardem, l’ensemble se voit élévé au-delà du simple pathos pour atteindre un certain état de grâce.

9- Rabbit Hole de John Cameron Mitchell
Pas le plus épatant et spectaculaire des films mais, à travers une série de petits moments et de petites touches, ce drame à propos d’un couple (Nicole Kidman et Aaron Eckart) en deuil de leur enfant unique nous touche droit au coeur.

10- The Fighter de David O. Russell
Pas tant un drame sportif qu’une peinture de milieu, peuplée de personnages fascinants incarnés par d’excellents acteurs, dont Mark Wahlberg, Christian Bale, Amy Adams et Melissa Leo.

Original link: http://www.voir.ca/blogs/kevin_laforest/archive/2010/12/27/mon-top-10-de-2010.aspx

Leave a Reply