ENTRE LA MORT ET LE DIABLE!


Photo: The Last Exorcism

Le turbulent contexte social actuel a entraîné une montée de désenchantement vis-à-vis les institutions religieuses, en particulier l’Église catholique. Le cinéma de genre reflète cette désillusion avec force, ce qui nous a inspiré une section dédiée à l’abus de foi, l’horreur des idéologies et la corruption de la piété. Certains de ces films vont littéralement vous stupéfier.

BLACK DEATH (UK) Réal: Christopher Smith – première nord-américaine
En présence du réalisateur Christopher Smith
Alors que la peste noire se répand en Angleterre, un chasseur de sorcière (Sean Bean) accompagné d’un groupe de mercenaires part à la recherche d’un village qui aurait prétendument été épargné de l’épidémie suite aux rituels sataniques menés par ses habitants. BLACK DEATH propose un cauchemardesque jeu sur le thème de la moralité en inversant les concepts du bien et du mal: de bons personnages font de vilains actes, les méchants nous surprennent avec de bonnes actions, la violence est à la fois justifiable et indéfendable et les idéaux et instincts primaires se succèdent constamment. Cette oeuvre formidable est l’un de plus puissants films d’horreur de 2010.

THE DEVILS (UK) Réal: Ken Russell – projection spéciale
En présence du réalisateur Ken Russell
THE DEVILS est un film brave, puissant et provocateur qui s’attaque à l’hypocrisie et l’opportunisme criminel de l’Église. Il y a une raison pourquoi ce film est toujours controversé et banni dans plusieurs pays! Mettant en vedette Oliver Reed et Vanessa Redgrave et réalisé avec théâtralité, esprit et rage par le grand Ken Russell, il s’agit d’un chef-d’œuvre terrifiant et inoubliable comme vous n’en avez jamais vu. Ironiquement, en 1971, le film a gagné le prix du meilleur réalisateur de film étranger lors du festival de film de Venise, et ce, même s’il a été banni en Italie.

HEARTLESS (UK) Réal: Phillip Ridley – première nord-américaine
Philip Ridley, le réalisateur iconoclaste de THE REFLECTING SKIN, est de retour avec son premier film en 14 ans, soit une odyssée satanique se situant à mis chemin entre les univers de Clive Barker et de David Lynch, tout en en accordant une place majeure à l’horreur de tous les jours, un thème propre à sa filmographie. Jamie Morgan (Jim Sturgess) est né défiguré par une tache de naissance en forme de cœur couvrant la moitié de son visage. Seul et ridiculisé, il accepte un sinistre marché avec le méphistophélien « Pappa B », qui promet de lui enlever sa tache de naissance en échange de… nous n’en dirons pas plus!

THE LAST EXORCISM (USA) Réal: Daniel Stamm – première canadienne
Un prêtre célèbre, qui est également un exorciste fraudeur, a une crise d’idéaux lorsqu’il est confronté à un véritable cas de possession démoniaque. Coproduit par Eli Roth, ce film étrange est tourné en caméra subjective par Daniel Stamm (A NECESSARY DEATH). Il s’agit d’un film d’horreur indépendant efficace et bien orchestré, utilisant comme élément de base un conflit spirituel fascinant en y ajoutant plusieurs images et sons terrifiants. Ce film vous donnera la chair de poule et hantera peut-être même votre âme!

POSSESSED (South Korea) Réal: Lee Yong-ju – première canadienne
Hee-jin tente désespérément de retrouver sa sœur disparue. Selon les dires des résidents de son bloc appartement, la jeune fille serait possédée. Contrairement à eux, sa mère religieuse croit qu’elle est « l’élue ». Lorsque plusieurs voisins se suicident, demeurer rationnel devient de plus en plus difficile. Avec de puissantes performances dirigées avec précision, POSSESSED apporte fraîcheur et nouveauté à l’horreur coréen, ressuscitant ainsi un genre qui avait grand besoin de maturité. Ce film a connu un grand succès à Rotterdam et à Tribeca.

THE SHRINE (Canada) Réal: Jon Knautz – première mondiale
En présence du réalisateur Jon Knautz & de l’acteur / coproducteur Trevor Matthews
L’équipe non-conformiste derrière JACK BROOKS MONSTER SLAYER nous offre un percutant film métissant cruauté de la religion à l’horreur surnaturelle. S’éloignant de la comédie d’horreur qui a fait de son dernier film un succès culte international, Knautz et sa bande nous offre ici une œuvre adulte et diaboliquement efficace sur les pratiques païennes et meurtres ritualistes commis dans un petit village polonais perdu au milieu de nulle part.

Laisser un commentaire