FANTASIA 2012: CAMERA LUCIDA, LE VOYAGE INSOLITE SE POURSUIT ! + DOCUMENTARIES FROM THE EDGE

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

FANTASIA 2012: CAMERA LUCIDA, LE VOYAGE INSOLITE SE POURSUIT!
+ DOCUMENTARIES FROM THE EDGE

Montréal, le 11 juillet 2012 – Devenue un volet incontournable du Festival Fantasia, la section CAMERA LUCIDA revient avec son édition la plus audacieuse à ce jour. Chacune des dix œuvres sélectionnées cette année pose un certain regard sur le film de genre, puis le détruit pour mieux le reconstruire. Ludique et rebelle, CAMERA LUCIDA est cet étrange laboratoire cinématographique où l’horreur, la science-fiction et la comédie subissent d’étonnantes mutations. En guise d’ouverture, la première canadienne du subversif MONDOMANILA du cinéaste philippin Khavn De La Cruz générera assurément la polémique avec sa dérangeante réflexion sur la pauvreté extrême du tiers-monde. Le tout, en chansons ! Acclamé à la Quinzaine des réalisateurs lors du dernier festival de Cannes, le nouveau venu Yeun Sang-ho, offre avec la percutante animation THE KING OF PIGS (première canadienne) une œuvre tragique ancrée dans les plus sombres recoins de l’humanité. Également de Corée du Sud, POONGSAN (première nord-américaine) voit un scénario de Kim Ki-duk en mode BAD GUY être somptueusement mis en scène par Juhn Jai-hong. Le résultat est un suspense aussi trépidant que génial sur le conflit coréen ! Exilé au Japon, l’Américain John Cairns imagine une relecture iconoclaste du film de zombies avec le contemplatif SCHOOLGIRL APOCALYPSE (première nord-américaine). L’énorme succès festivalier CARRÉ BLANC (première québécoise) du Français Jean-Baptiste Léonetti glace le sang avec sa vision terrifiante d’un futur dystopique. Le Canadien Seth Smith fera halluciner les spectateurs insomniaques avec LOWLIFE (première mondiale), une œuvre labyrinthique arrachée au chaos sur laquelle plane l’esprit de William S. Burroughs. Présenté en première canadienne, l’apocalyptique et délicieusement absurde ISN’T ANYONE ALIVE? marque l’attendu retour en force du Japonais Gakuryu Ishii (ANGEL DUST). En s’inspirant d’une légende urbaine, l’envoûtant TOAD ROAD (première mondiale) de l’Américain Jason Banker évoque Gus Van Sant et Larry Clark avec une méditation intimiste sur une jeunesse en perdition. Provenant du même pays, le technophile EASTON’S ARTICLE de Tim Connery (première internationale) conjure avec sensibilité, science-fiction et drame afin d’explorer la fragilité de la nature humaine. Finalement, le scénariste de THE DIVIDE, Eron Sheean signe un impressionnant premier film avec ERRORS OF THE HUMAN BODY (première mondiale), un atmosphérique métissage d’horreur médicale cronenbergienne et de poésie nihiliste.

DOCUMENTARIES FROM THE EDGE

Après avoir célébré en grand son cinquième anniversaire l’année dernière, le populaire volet DOCUMENTARIES FROM THE EDGE fait un retour remarqué à Fantasia avec un nombre record de films sélectionnés. En effet, dix documentaires seront présentés dans le cadre du festival, soit le double comparativement aux éditions précédentes ! Dix œuvres sensationnelles qui promettent de générer le débat, le rire et l’étonnement. Rarement la réalité n’aura autant surpassé la fiction ! Incontournable compagnon de l’attendu CHAINED, DESPITE THE GODS de Penny Vozniak (première québécoise) suit pas à pas la réalisatrice Jennifer Lynch lors du tournage mouvementé de HISSS, son long métrage bollywoodien.  L’explosif succès de South by Southwest, WE ARE LEGION : THE STORY OF THE HACKTIVISTS (première québécoise) de Brian Knappenberger lève le voile sur le controversé mouvement de pirates informatiques Anonymous. Présenté en première mondiale, l’inquiétant MY AMITYVILLE HORROR d’Eric Walter propose un déroutant portrait de l’un des malheureux résidents de la désormais célèbre maison hantée. La Française Marie Voignier répond à ce film de façon fulgurante avec L’HYPOTHÈSE DU MOKÉLÉ-MBEMBÉ (première nord-américaine), l’intrigante enquête d’un explorateur tentant de prouver l’existence d’un monstre qui habiterait la jungle congolaise. Mads Brügger, le réalisateur du controversé THE RED CHAPEL, visite à son tour l’Afrique dans THE AMBASSADOR (première québécoise), une critique aussi hilarante que déstabilisante de la corruption politique. Dans un tout autre registre, EUROCRIME ! THE ITALIAN COP AND GANGSTER FILMS THAT RULED THE ‘70s de Mike Malloy (première canadienne) revient avec une nostalgie contagieuse sur l’une des périodes phares du cinéma de genre italien. Avec TOY MASTERS (première mondiale), l’Américain Roger Lay Jr. relate la fascinante histoire derrière la création des figurines inspirées du célèbre dessin animé HE-MAN. L’attrait du plastique dépasse l’entendement dans THE MECHANICAL BRIDE d’Allison De Fren (première québécoise), une étude captivante sur la communauté d’individus qui partagent leur vie avec des poupées grandeur nature. Le célèbre skater Stacy Peralta raconte sa propre histoire dans BONES BRIGADE : AN AUTOBIOGRAPHY (première québécoise), une introspection personnelle du sport dans les années 80. Impossible de passer sous silence la première québécoise de IL N’Y A PAS DE RAPPORT SEXUEL de Raphaël Siboni, une déconcertante visite de l’univers de HPG, la star française du X, qui choque par son authenticité !

-30-

Laisser un commentaire