La Gazette encourage le gouvernement à supporter Fantasia!

Nous venons tout juste de lire la Gazette de Montréal ce matin et nous sommes incroyablement touchés par le vote de confiance qui nous a été accordé par Brendan Kelly de la Gazette. Il a non seulement affirmé que Fantasia était probablement le meilleur festival en ville dans une édition précédente, mais il invite maintenant le gouvernement et d’autres commanditaires à en prendre bonne note. Nous avons une superbe équipe assidue à Fantasia – une équipe plutôt petite étant donné la taille et la portée de l’événement – donc, ce genre de reconnaissance des médias est vraiment appréciée! Vous trouverez l’article ci-dessous.

Mitch Davis (haut), codirecteur général de Fantasia, et Pierre Corbeil, président et cofondateur : ils veulent voir le festival garder sa touche escentrique tout en devenant un événement international. Photo de : DAVE SIDAWAY, The Gazette

« Festival de films prépondérant en ville? Si oui, il est temps que les agences publiques aident à faire de Fantasia un des principaux festivals de cinéma de genre du continent! »
– de Brendan Kelly

Le Festival de films Fantasia est à une étape critique de son existence. Autrefois un événement fièrement indépendant, le festival de films de genre, qui termine sa 14e édition cette semaine, est au milieu d’une crise de croissance adolescente importante.

Quelque 90 000 cinéphiles se sont déplacés pour le festival l’an passé, faisant de lui l’événement cinématographique le plus populaire en ville. Lors d’une discussion la semaine dernière au Hall de Concordia, le cofondateur et président du festival Pierre Corbeil a indiqué qu’il s’attend à ce que la participation ait haussé d’environ 10 pour cent cette année.

Cette année en fut une de grande visibilité pour Fantasia. Le festival a ouvert avec le film de Disney The Sorcerer’s Apprentice, l’icône britannique Ken Russell est venue nous visiter pour recevoir un prix honorifique célébrant l’ensemble de sa carrière et pour absorber un peu d’adulation de la foule plutôt jeune de Fantasia et le tout se termine ce mercredi avec la présentation gala d’une copie reconstituée de Metropolis, le chef-d’œuvre de Fritz Lang, dans la Salle Wilfrid-Pelletier accompagné d’un orchestre de 13 musiciens qui interprétera la nouvelle trame sonore composée spécialement pour l’occasion par le renommé Gabriel Thibaudeau.

Mais comme n’importe quel adolescent, Fantasia éprouve quelques douleurs de croissance. Plus de billets sont vendus, les agences gouvernementales montrent finalement un peu d’amour (et d’argent) au petit festival bagarreur et même Hollywood commence à reconnaître cet événement. Pour Corbeil et le codirecteur général Mitch Davis, le défi est de contrôler ce succès. Ils veulent maintenir leur crédibilité, mais en même temps, ils voient une occasion de transformer Fantasia et d’en faire l’une des principales vitrines pour le cinéma de genre sur le continent – avec une programmation fondée sur des films d’horreur et de fantaisie, des suspenses, des comédies excentriques et toute la gamme du cinéma asiatique.

« Je pense vraiment que le festival a le potentiel pour devenir un événement important de l’industrie en Amérique du Nord, » indique Corbeil. « Nous devons juste obtenir le financement nécessaire. Ce que nous voulons c’est devenir le Sundance des festivals de films de genre en Amérique du Nord. Ce que Sundance est pour les films d’art indépendants, nous voulons l’être pour le cinéma indépendant international. Nous pensons qu’il y a un besoin dans l’industrie pour cela. Si vous regardez l’Europe, ils ont beaucoup de festivals de films (de genre) qui existent depuis beaucoup, beaucoup d’années. »

C’est une notion intéressante. La scène des festivals de films de Montréal récupère toujours de l’essai raté des agences publiques visant à détruire le Festival des films du Monde de Serge Losique et, cinq ans après le coup d’état manqué, les commanditaires Téléfilm Canada et la SODEC n’ont clairement aucune vision pour le futur de nos festivals de film.

Maintenant, ils donnent un peu d’argent à toute sorte de festivals et le résultat est que la ville reste un non-joueur sur le circuit international des festivals de films. Ainsi, pourquoi ne pas ouvrir la bourse pour Fantasia, le proverbial petit festival qui pourrait? Les commanditaires pensaient qu’ils pourraient créer un nouveau festival qui rivaliserait avec le Festival du film de Toronto. Mais cette bataille a été perdue il y a des années.

Montréal ne va pas pouvoir monter un festival de films artistiques d’intérêt général qui va concurrencer avec les grands de ce monde. Mais ce que nous pourrions faire ici c’est concentrer nos énergies sur un joueur spécialisé comme Fantasia, qui est déjà, on peut le dire, le principal festival de genre de l’Amérique du Nord. Mais, comme je disais, cela prendrait un peu de vision de la part de Téléfilm et de la SODEC, quelque chose qui est plutôt rare dans leur département festivals de films ces dernières années.

Durant sa première décennie, Fantasia n’a reçu pratiquement aucun fond du gouvernement, mais dans les années passées, les agences ont finalement commencé à fournir un peu de subventions. Fantasia a reçu environ 300 000$ d’argent public cette année et cet appui supplémentaire est l’une des raisons qui font que le festival a pu organiser de plus grands événements comme le gala Metropolis.

Mais en regardant les foules de jeunes gens dans la vingtaine quitter le Théâtre Hall la fin de semaine dernière, il est clair que le festival est toujours très près de ses racines indépendantes. Davis nous mentionne à quel point il était excité de rencontrer son idole Russell – « quand j’étais enfant, Ken Russell a changé ma vie, » indique Davis – et que ce qu’il aime du festival est le fait qu’ils peuvent vendre à guichet fermé une présentation du toujours controversé film de 1971 The Devils et s’en sortir tout aussi bien avec une comédie musicale malaisienne excentrique comme Sell Out!.

« La majorité de nos films trouve un public, » Davis a indiqué. « Il est très rare qu’un film se perde. »

Le Festival de film Fantasia se termine ce mercredi. Pour plus d’information, visitez :
www.fantasiafestival.com

bkelly@thegazette.canwest.com
© Copyright (c) The Montreal Gazette

Laisser un commentaire