Prix du Jury – Et les gagnants sont…

De nombreux jurys se sont penchés sur notre programmation et nous sommes heureux de partager avec vous les choix des divers jurés :

PRIX DU JURY LONGS MÉTRAGES

Le jury de la compétition officielle des longs métrages était présidé Jean-Claude Lord et composé de Ian Lauzon, Don Lobel, Pawa Up First et Éric Tessier.

MEILLEUR FILM : SAWAKO DECIDES de Yuya Ishii (Japon)

PRIX SPÉCIAL DU JURY : CASTAWAY ON THE MOON de Lee Hae-jun (République de Corée)

« Castaway on the moon obtient le prix spécial du jury

pour ses qualités de fraîcheur, d’émotion et d’originalité. » Jean-Claude Lord

MEILLEUR ACTEUR : Noah Taylor – RED, WHITE & BLUE (États-Unis)

MEILLEURE ACTRICE – À L’UNANIMITÉ : Hikari Mitsushima – SAWAKO DECIDES (Japon)

MEILLEURE RÉALISATION : Lee Jun-ik – BLADES OF BLOOD (République de Corée)

MEILLEUR SCÉNARIO: Mladen Djordjevic – LIFE AND DEATH OF A PORNO GANG (Serbie)

PRIX DU JURY PREMIÈRE OEUVRE

Le jury de la compétition officielle de la première oeuvre était présidé par Steven Severin et composé de Susan Curran, Brad Miska, Tom Quinn et Basil Tsiokos.

MEILLEUR PREMIER FILM: TUCKER & DALE VS EVIL de Eli Craig

« Ultimement, deux films se sont démarqués aux yeux du jury : TUCKER & DALE VS EVIL et A SERBIAN FILM.  La décision finale a tranchée en faveur de TUCKER & DALE VS EVIL puisqu’Eli Craig a accompli ce que je croyais impossible : une comédie originale, qui nous fait rire à gorge d’éployée tout en parodiant habilement les films d’horreur. » Steven Severin

MENTION SPÉCIALE : A SERBIAN FILM de Srdjan Spasojevic

« Sans aucun doute, A SERBIAN FILM est une œuvre importante et on ne peut qu’admirer l’audacieuse vision des cinéastes ainsi que leur habileté avec le médium. Par contre, il n’y a rien qu’on puisse « aimer » de ce film et son visionnement m’a dérangé plus que je ne croyais possible. Un film créant un tel effet mérite une mention spéciale. » Steven Severin

PRIX DU JURY ANIMATION (court et long)

Le jury de la compétition officielle des courts metrages et longs métrages d’animation était présidé par Pierre Hébert et composé Élène Dallaire, Marco de Blois et Claude Robinson.

MEILLEUR LONG MÉTRAGE ANIMÉ: MAI MAI MIRACLE de Sunao Katabuchi

«Le jury décerne le prix du meilleur long métrage d’animation à MAI MAI MIRACLE pour la grande cohérence de sa réalisation, la complexité maîtrisée de son scénario qui chevauche fluidement plusieurs époques différentes, et pour avoir réussi à toucher un thème grave à travers un style empreint de légèreté.» Pierre Hébert

MENTION SPÉCIALE: OBLIVION ISLAND: HARUKA AND THE MAGIC MIRROR de Shinsuke Sato

« Le jury accorde une mention à OBLIVION ISLAND pour l’imagination débordante et la grande maîtrise technique dans la création de l’univers fantaisiste polymorphe de l’île magique. » Pierre Hébert

MEILLEUR COURT MÉTRAGE ANIMÉE: MADAGASCAR de Bastien Dubois

« Le jury décerne le prix du meilleur court métrage d’animation à MADAGASCAR pour la subtilité, la réserve et la sensibilité avec laquelle il relate des impressions de voyage, tout en faisant montre de justesse dans le mélange de styles différents et d’une efficacité mesurée dans l’utilisation de l’animation numérique 3D » Pierre Hébert

MENTION SPÉCIALE: WISDOM TEETH de Don Hertzfeldt

«Le jury accorde une mention spéciale à WISDOM TEETH pour son humour absurde, pour la grande efficacité de sa construction dramatique et pour son usage d’un style graphique d’un minimalisme très recherché.» Pierre Hébert

PRIX DU JURY COURTS MÉTRAGES INTERNATIONAUX

Le jury de la compétition officielle des courts métrages internationaux était présidé par Maurice G. Dantec et composé de Jean-François Caissy, Kurt Halfyard, Carolina Lucchesi Lavoie et Jean-François Rauger.

GRAND PRIX: THE ADDER’S BITE de Firas Momani

« Le film réussit à créer une ambiance cauchemardesque tout à fait fascinante par la juxtaposition de deux univers, deux niveaux de réalité, l’un ordinaire, l’autre mutant, intégrés dans le fond d’une simple piscine. À la fois déviant, abstrait et narratif, le film propose une véritable histoire au spectateur, mais comme s’il s’agissait d’un secret à percer à jour. La cohérence sens/forme est d’une rare intensité, avec des moments d’une beauté/monstruosité où les techniques de danse d’un Cunningham convolent avec la mobilité cybord des Aliens de la Piscine.» Maurice G. Dantec

MENTION SPÉCIALE: HEAL de Mian Adnan Ahmad

«À la fois touchant et maîtrisé, le film utilise le fantastique avec brio et simplicité. Conte aux réminiscences antiques projeté dans l’enfer anonyme des guerres modernes, il évite les pièges du genre, tout comme ceux de la moralisation politique. L’idée de l’innocence enfantine payant par réversibilité la faute des adultes déchaînés, par l’échange sacrificiel des stigmates, est une idée étrangement très chrétienne pour ce film magnifique venu d’un pays islamique.» Maurice G. Dantec

PRIX DU JURY COURTS MÉTRAGES QUÉBÉCOIS

Le jury de la compétition officielle des courts métrages québécois était présidé par Danielle Ouimet et composé de Martin Henri et Izabel Grondin.

MEILLEUR FILM : THE GREENS de Serge Marcotte
MEILLEURE RÉALISATION : À VIF de Cynthia Tremblay
PRIX IMAGE : DANSE MACABRE de Pedro Pires
MEILLEURE INTERPRÉTATION (ex aqueo) : Laurence Leboeuf dans SANS TITRE (la jeune fille au matelas) et Brent Marrale dans THE GREENS MEILLEUR SCÉNARIO : LE TECHNICIEN de Simon Olivier Fecteau
COUP DE COEUR DU JURY: MARIUS BORODINE de Emanuel Hoss-Desmarais

PRIX DU JURY COURTS MÉTRAGES QUÉBÉCOIS DIY

Le jury de la compétition officielle des courts métrages québécois était présidé par India Desjardins et composé de Martin Dubreuil, Simon Laganière et Jean-Pierre Normand.

MEILLEUR FILM : LE TIROIR ET LE CORBEAU de Frédérick Tremblay
MEILLEURE MISE EN SCÈNE : WINDIGO de Kris Happy Jack-McKenzie
MEILLEUR SCÉNARIO : HERO de Carnior
MEILLEURS EFFETS SPÉCIAUX : ASTUKO’S LEGEND de Igor Simonnet
COUP DE COEUR DU JURY : LES QUEBECERS CONTRE LES ZOMBIES 2 de Louis Allard

PRIX AQCC

Le jury de l’AQCC était présidé par Mathieu Li-Goyette et composé de Martin Gignac et Patricia Bergeron.

Pour sa grande rigueur, la densité de ses personnages et la sobriété de la représentation de la mort et de la violence, le jury de l’AQCC décerne une mention d’honneur à THE EXECUTIONER de Choi Jin-ho. À l’unanimité, pour sa poésie du quotidien, son doux réalisme, sa critique sociale et sa maîtrise du langage cinématographique pour l’illustration de son Pinocchio moderne, le jury décerne le prix du meilleur film asiatique à AIR DOLL de Hirokazu Kore-eda.

PRIX SÉQUENCES

Le jury des prix Séquences était présidé par Pascal Grenier et composé de Julie Séguin et Mathieu Séguin-Tétreault.

Le Prix-Séquences du Meuilleur Film de la section internationale est remis ex-aequo aux films SOMOS LO QUE HAY (WE ARE WHAT WE ARE) du réalisateur Jorge Michel Grau et RED, WHITE AND BLUE de Simon Rumley.

PRIX ÉCRAN FANTASTIQUE

Le jury du prix Écran Fantastique était présidé par Yves Rivard.

Dans le cadre de Fantasia 2010, le prix L’Écran Fantastique est attribué au film serbe TEARS FOR SALE, de Uros Stojanovic. Les raisons expliquant ce choix étant très nombreuses, nous citerons seulement son approche esthétique exceptionnelle, générant des images fantastiques qui imprègnent les rétines longtemps après la projection; sa mise en scène pensée en vrais termes de cinéma, chose de plus en plus rare, et son discours à la fois poétique et subversif émanant d’une contrée encore aujourd’hui méconnue. La grande qualité de l’interprétation des actrices Sonja Kolacaric (Ognjenka) et Katarina Radivojevic (Mala Boginja), jouant les deux sœurs, mérite également d’être soulignée.

Une réponse

  1. Bonjour,

    Samedi le 24 juillet 2010, mon épouse et moi sommes allé à l’université Concordia pour assister à la représentation du film The Last Exorcism. Alors que nous faisions la file d’attente à l’extérieur afin d’entrer dans la salle Hall, des employés de Fantasia nous ont remis une cession de droit à signer. Il s’avérait que nous devions signer cette décharge afin d’entrer voir la projection sans quoi nous pouvions demander un remboursement pour les billets achetés.

    Nous trouvons inacceptable la demande qui nous a été faite. Nous croyons parler au nom de la grande majorité des spectateurs présents dans la file d’attente lorsque nous disons que de forcer les clients à signer une décharge afin d’assister à une représentation cinématographique et ce, sans préavis, démontre bien un manque de respect de l’organisation envers ses clients. Non seulement le distributeur voudrait-il utiliser ce public gratuitement aux fins de promotion, mais celui-ci impose cette condition sans en aviser au préalable les « cobayes » en les mettant devant le fait accompli. De plus, bien que l’on nous ait proposé un remboursement des billets si nous ne voulions pas signer la cession dans la file d’attente, quelle fut notre surprise lorsque l’employée au comptoir des billets nous a dit qu’elle n’était pas au courant de cette procédure et qu’elle n’avait jamais entendu parler de cette cession. Au final, et ce, après discussions avec celui qui est probablement son superviseur immédiat, nous avons obtenu un remboursement pour nos billets pour la représentation litigieuse et un autre pour une autre programmée pour le lendemain (sans nous enlever tous les frais de service, nous devons mentionner). A-t-on pensé au temps que nous avons perdu à attendre dans la file avant d’entrer en salle, au temps et à l’essence brûlée afin de se rendre en ville et aux coûts du stationnement? Si les organisateurs de Fantasia croient avoir bien fait en offrant un remboursement pour les billets achetés, ils se méprennent. J’encourage et participe au festival Fantasia depuis sa deuxième année (1997). Cependant, ce genre d’incident me porte à croire que l’on nous prend pour des abrutis et je tends à ne pas vouloir faire affaire avec des organismes qui font preuve d’une telle condescendance envers leur clientèle. Pour cela, je crois qu’il serait approprié que les responsables agissent en conséquence afin de réconcilier les participants qui se sont sentis lésés par les événements du 24 juillet 2010, sans quoi, le festival pourrait perdre des spectateurs pour les années à venir s’il advenait que de pareilles situations se reproduisent.

    Mathieu Beauchesne

    M.Beauchesne on août 2, 2010 à 7:59

Laisser un commentaire