God of War

Première Québécoise
Billets

“The battles are wonderfully dynamic… (Gordon) Chan gives them an extravagantly epic scope… and an often startling intimacy” – Peter Vonder Haar, VILLAGE VOICE

Mi-XVIe siècle, sous la dynastie Ming, la Chine est non seulement rongée par les conflits politiques, mais voilà que les wokou, des pirates japonais et leurs alliés locaux, insurgés, attaquent ses rives. Les brigands, qui pillent les villages et sèment la terreur chez les habitants, se terrent dans une forteresse impénétrable. Le commandant Yu (Sammo Hung, légende du cinéma de kung-fu) et ses soldats impériaux tentent de franchir la défense de l’ennemi, laissant périr trop de vies, mais en vain. Yu est un chef formidable, battant, mais sa persistance l’empêche de s’affranchir des traditions militaires, au contraire du jeune général Qi Jiguang (Vincent Zhao, de THE BLADE, GREEN SNAKE et d’autres classiques de Fantasia), rusé et rustre, qui fait preuve d’une ingéniosité novatrice. Mais repousser les wokou n’est pas une mince tâche, en tout cas pas sous la direction du général samouraï malin Kumasawa (Yasuaki Kurata, un vieux de la vieille aux tempes grises qui cumule les films de combats marquants, tant au Japon qu’à Hong Kong).

Après 30 ans, Hung et Kurata, deux dieux des films d’arts martiaux, sont enfin réunis au grand écran, accompagnés par Zhao, champion invétéré de wushu au charisme saisissant. La distribution de GOD OF WAR reflète à merveille la grandeur abrasive et le caractère historique de la toute dernière œuvre de Gordon Chan, pilier du cinéma d’action asiatique au succès intarissable (FIST OF LEGEND! BEAST COPS! PAINTED SKIN! la liste est longue!). Le cinéma asiatique est réputé pour ses formidables scènes de bataille à grand déploiement, et GOD OF WAR s’inscrit dans cette veine comme un film mémorable, qui célèbre l’âge d’or du genre en offrant une place de choix au temple des arts martiaux à Zhao, champion de la nouvelle ère du cinéma d’Asie!

- Traduction : Elizabeth Poitras (Semantikos)

Re/MAX Sponsors