Lu Over the Wall (" Yoake Tsugeru Lu no uta")

Première Nord-Américaine
  • Japon
  • 2017
  • 112 mins
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Billets

En présence du réalisateur Masaaki Yuasa

Sélection officielle : Festival international du film d’animation d’Annecy 2017, Festival international du film de Shanghai 2017

L’île de Merfolk se situe non loin d’Hinashi, une petite ville de pêcheurs. Sur cette île rocailleuse de forme irrégulière se trouve un parc d’attractions abandonné, et les eaux environnantes servent de cimetière marin à des navires échoués. La légende prétend également que de menaçantes sirènes rôdent dans les parages... Yuho et Kunio sont des lycéens ayant formé un groupe indie rock, et c’est sur l’île de Merfolk qu’ils se rendent afin de répéter leurs compositions en secret. Récemment arrivé de Tokyo, Kai est un adolescent maussade qui possède néanmoins un réel talent pour la production musicale. Yuho et Kunio le recrutent dans leur groupe. Or, les répétitions qui s’ensuivent sur l’île de Merfolk ne sont pas entendues que par les musiciens eux-mêmes. En effet, Lu est une sirène à deux queues — chose rarissime — et ses queues se métamorphosent en jambes sitôt qu’elle entend de la musique. Ensorcelée par les arrangements musicaux de Kai, Lu s’attache progressivement à lui. Cet attachement, hélas, sèmera une sacrée pagaille dans la petite ville côtière, où les sirènes ont toujours été considérées comme de dangereuses créatures de l’ombre!

Cet été, Fantasia est ravi de présenter non pas un, mais deux nouveaux longs métrages d’animation signés Masaaki Yuasa, celui à qui l’on doit MIND GAME et PING PONG. En plus de THE NIGHT IS SHORT, WALK ON GIRL, Yuasa nous offre LU OVER THE WALL, un étourdissant mélange de techniques d’animation. En collaboration avec le vétéran scénariste Reiko Yoshida (THE CAT RETURNS, GIRLS UND PANZER), Yuasa revisite le mythe de la sirène inquiétante (au Japon, les sirènes sont plus néfastes qu’en Occident) et le conjugue avec le style résolument optimiste de la musique J-pop. Dans ce film tout à fait singulier, un clin d’œil n’attend pas l’autre — références à Miyazaki, mais aussi à plusieurs autres moments marquants de l’histoire du dessin animé. Le résultat final est une œuvre à l’imagination fiévreuse, trépidante, irrévérencieuse et inspirée; une escapade musicale farfelue et décidément imprévisible!

- Traduction : David Pellerin

Re/MAX Sponsors