A Taxi Driver

Première Internationale
Billets

En présence du réalisateur Jang Hoon

Mai 1980, Séoul. Des manifestations dénonçant la loi martiale proclamée par le dictateur Chun Doo-hwan troublent la routine de Man-seob, un chauffeur de taxi mal engueulé qui décrie ces protestataires qui l’empêchent de travailler. Élevant seul sa fille suite au décès de son épouse, Man-seob est criblé de dettes. Chaque course compte. Lorsqu’il entend un confrère se vanter qu’il s’apprête à recevoir une somme colossale pour emmener un Occidental à Gwangju, il se précipite au point de rendez-vous afin de lui voler son client, un journaliste allemand se faisant appeler Peter. Ce dernier a l’intention d’enquêter clandestinement sur certaines rumeurs voulant que Gwangju soit assiégée par l’armée et que le gouvernement ait coupé toute communication entre la ville et le reste du pays. Man-seob a cependant menti sur sa compréhension de l’anglais et des raisons de leur périple. Il n’a aucune idée de ce dans quoi il s’est embarqué. Dès lors, leur sort sera étroitement lié à celui des habitants de Gwangju.

Basé sur des faits réels survenus lors de la révolte de Gwangju, A TAXI DRIVER nous propose un récit en deux temps démontrant avec une troublante acuité comment des dirigeants ayant trop de pouvoir peuvent aveugler une nation entière. Au départ, alors que les protagonistes se trouvent toujours à Séoul à la date fatidique du 18 mai 1980, le ton se veut léger, voire amusant, mais une fois qu’ils ont traversé les barrages militaires, nous avons droit à une vibrante charge émotive orchestrée de main de maître par le réalisateur Jang Hoon (ROUGH CUT). En plus de recréer la Corée des années 1980, il ne manque pas de garder le spectateur sur le qui-vive avec quelques scènes de poursuite et une bonne dose de suspense. Pour sa seconde collaboration avec Hoon après THE SECRET REUNION, l’illustre Song Kang-ho (THE HOST) livre ici l’une de ses meilleures performances en carrière, nous arrachant autant de sourires que de larmes dans son rôle de chauffeur bourru, mais attachant. A TAXI DRIVER est une œuvre puissante et essentielle qui nous rappelle que notre premier devoir de citoyen est celui de mémoire et de vigilance.

- Nicolas Archambault

Re/MAX Sponsors