Terminator 2: Judgment Day 3D

Première Nord-Américaine
Billets

Présentation en 3D

En 1997, les survivants de l’apocalypse nucléaire poursuivent une guerre impitoyable contre les machines qu’ils ont eux-mêmes créées. Cette résistance est menée par John Connor. Les machines ont déjà essayé de tuer sa mère Sarah (Linda Hamilton), mais cette tentative s’est soldée par un échec. Cette fois, ils envoient le T-1000 (Robert Patrick), un modèle plus performant en métal liquide métamorphosable pour éliminer John enfant (Edward Furlong). De leur côté, les hommes du futur envoient un Terminator (Arnold Schwarzenegger) chargé de protéger le jeune Connor. Ces deux robots se livreront un duel titanesque pendant que Sarah et son fils tenteront de sauver l’humanité.

26 ans après avoir révolutionné le cinéma d’action, James Cameron nous présente une version restaurée et en 3D de son désormais classique TERMINATOR 2: JUDGMENT DAY. Cameron a supervisé la totalité de la conversion 3D, faisant appel à une équipe expérimentée qui a travaillé sur TITANIC 3D et sur les prochains volets d’AVATAR. Ensemble, ils réussissent à nous offrir l’une des meilleures expériences en 3D des dernières années. De plus, les négatifs originaux 35 mm ont été scannés et retravaillés sous la gouverne de Geoff Burdick, l’un des meilleurs de l’industrie. Le film a par la suite été rééquilibré par Skip Kimball, le coloriste des films de Cameron, pour nous offrir un film d’une splendeur inimaginable. Ils ont fait un travail colossal, s’assurant que le résultat final surpasse les attentes. Bien que le film n’ait pas été conçu à la base pour la 3D, ça fonctionne parfaitement. L’ouverture post-apocalyptique, le T-1000 qui se transforme ou qui passe au travers des objets, la célèbre poursuite entre un camion et une motocyclette dans les aqueducs de Los Angeles... Du pur plaisir!

TERMINATOR 2 : JUDGMENT DAY 3D est votre chance de découvrir ou redécouvrir ce film sur grand écran. Un film qui n’a pas pris une ride malgré les années et qui continue de laisser sa marque sur l’univers cinématographique encore aujourd’hui.

- Éric S. Boisvert

Re/MAX Sponsors